Des robots remplaceront les agents du fisc

Dans le futur, celui qui voudra enregistrer son bail locatif pourra trouver de l’aide auprès d’un chatbot.
Dans le futur, celui qui voudra enregistrer son bail locatif pourra trouver de l’aide auprès d’un chatbot. - Alain Dewez

Le SPF Finances s’est fortement numérisé. On ne présente plus Tax-on-web ni les nombreuses formalités dont le fisc autorise désormais la réalisation via internet. L’automatisation va néanmoins être poussée encore plus avant par l’administration fiscale, en ayant recours à l’intelligence artificielle. Des robots logiciels pouvant dialoguer avec un individu par le biais d’un service de conversations automatisées viendront bientôt au secours des contribuables perdus dans les méandres de l’administration.

Les projets concernent l’enregistrement des baux locatifs et la déclaration du précompte professionnel pour les employeurs. Le ministère vient donc de lancer un marché public visant à développer ces projets pilotes dans le but de remplacer des agents mais sans suppression d’emplois pour autant, des réaffectations étant prévues.

Ces deux chatbots devraient être opérationnels pour l’horizon 2021. Pour l’administration fiscale, il ne s’agit que d’acquérir une première expérience dans le domaine avant un « déploiement à grande échelle ».

A quoi pourrait ressembler un tel déploiement ? Les pistes avancées par le SFP Finances visent, notamment, l’utilisation de l’intelligence artificielle pour rendre accessible son call-center 24 h sur 24.

Selon Jacques Bughin, directeur du centre de recherche McKinsey Global Institute : « Bien utilisée et à grande échelle, l’intelligence artificielle offre un potentiel gain de productivité de 10 à 15 %. »

► L’intelligence artificielle va-t-elle rejoindre les rangs de la police ? Pas si vite… Nos explications à lire sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite