Trump signe le budget 2019 du Pentagone et défend sa Force de l’espace

Trump signe le budget 2019 du Pentagone et défend sa Force de l’espace

Donald Trump a défendu lundi son projet de Force de l’espace, en pointant du doigt la Chine, à l’occasion de la signature du budget 2019 du Pentagone, d’un montant record de 716 milliards de dollars.

Cette loi de financement « donnera aux militaires américains la puissance de feu dont ils ont besoin pour gagner n’importe quel conflit rapidement et de façon décisive », a indiqué le président américain au cours d’une cérémonie de signature sur la base militaire de Fort Drum, dans l’État de New York.

« Nous pensons que nos soldats méritent les outils, l’équipement et les ressources qu’ils ont gagnés par le sang, la sueur et les larmes », a ajouté M. Trump.

La loi débloque 69 milliards de dollars pour les opérations extérieures en cours (Afghanistan, Syrie, Irak, Somalie, etc.), prévoit une augmentation de 2,6 % des salaires des membres des forces armées, et autorise des dizaines de milliards d’investissements dans la modernisation de la Navy, de l’US Air Force et des missiles de défense des États-Unis.

« Nous sommes les plus forts »

Quant à la Force de l’espace, dont M. Trump veut faire la sixième branche des forces armées, elle nécessitera un financement complémentaire que le Congrès devra approuver.

« Comme le ciel, la terre et la mer, l’espace est devenu un terrain de combat », a-t-il déclaré. Une Force de l’espace permettra aux États-Unis de « rattraper » leurs adversaires, qui ont déjà « commencé à armer l’espace », a-t-il indiqué.

« La Chine a même lancé une nouvelle division de ses forces armées pour superviser ses programmes militaires dans l’espace », a-t-il précisé.

Le président américain n’a pas mentionné la « Force spatiale » de la Russie, qui existe déjà depuis plusieurs années.

« Nous sommes les plus puissants. Nous sommes les mieux financés. Nous sommes les plus nombreux. Nous sommes les plus forts. Nous sommes les plus malins », a-t-il avancé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Selon son avocat M
e
 Marc Uyttendaele, «
la souffrance de Delphine Boël est toujours là.
»

    Affaire Delphine Boël: la justice et l’ADN ont eu raison du déni d’Albert II

  2. Les dépenses en soins de santé vont augmenter, en raison des coûts technologiques.

    Manifestation nationale: des experts plaident pour refinancer la Sécurité sociale

  3. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus: la course contre-la-montre

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite