La Nouvelle-Zélande interdit la vente de biens immobiliers aux étrangers

La Nouvelle-Zélande interdit la vente de biens immobiliers aux étrangers

Le gouvernement néo-zélandais a interdit la vente de biens immobiliers existants étrangers, selon le Guardian. Pour justifier une telle mesure, le gouvernement a avancé que les citoyens en « avaient marre d’être des locataires dans leur propre pays », indiquant également que les prix deviendraient plus abordables pour les locaux.

« Cela va profiter aux Neo-Zélandais qui participent à l’économie du pays, paient des taxes ici, ont leurs familles ici. Nous ne pensons pas que des gens qui ont plus d’argent et qui vivent à l’étranger devraient être privilégiés », a déclaré le ministre associé des Finances néo-zélandais. Selon les derniers chiffres disponibles, seuls un quart des adultes possèdent leur propre maison, contre la moitié en 1991. Ces cinq dernières années, le nombre de sans-abris a fortement augmenté. Selon un rapport de 2017 publié The Economist, la Nouvelle-Zélande est le pays qui possède les prix immobiliers les plus inabordables dans le monde.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Sans abris
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La nouvelle du vote en commission parlementaire a été accueillie avec satisfaction par les militants pour le climat qui ont quitté leur campement de la place du Trône à Bruxelles.

    Loi climat: la réforme de la Constitution, une victoire à la Pyrrhus?

  2. Skeyes annonce à nouveau un mouvement de grève
: c’est pour ce mercredi à Charleroi entre 8 et 10 heures du matin.

    Grève des contrôleurs du ciel: encore des actions ce mercredi

  3. Raymond Behr, mis à l’honneur par Philippe et Mathilde, à l’occasion de la cérémonie de commémoration au Mémorial de la guerre de Corée.

    Visite d’Etat en Corée: Philippe citoyen d’honneur, Raymond citoyen mis à l’honneur

Chroniques
  • Lettre du Brexit: «Les fantômes et les excentriques font bon ménage»

    Par Marc Roche

    Pour suivre la manifestation du « People’s Vote » en faveur d’un deuxième référendum sur le Brexit, je m’étais posté devant le 10 Downing Street. L’emplacement était bien choisi. Le million de marcheurs du « People’s Vote » (chiffre au pifomètre) qui défilaient entre Hyde Park et Trafalgar square dans une atmosphère joyeuse n’avaient d’yeux que pour la résidence du Premier ministre, symbole par excellence du bourbier actuel.

    Pourtant, le vrai pouvoir par ces temps tourmentés du Brexit n’est plus niché dans la modeste maison de briques au bout d’une petite rue fermée au trafic. L’élégant bâtiment de style géorgien adjacent à « Number Ten » tire dans l’ombre toutes les ficelles du largage des amarres. Seule une plaque discrète à l’entrée indique le mystérieux occupant des lieux : le Cabinet Office.

    Au confluent du « triangle d’or » monarchie-gouvernement-parlement, la haute fonction publique britannique s’enquiert peu des apparences du pouvoir. Exerçant sa mission à l’écart de la lumière des projecteurs, le...

    Lire la suite

  • Climat: Ô Miroir, suis-je du bon côté de l’histoire?

    Ceux qui, dans le monde politique, pensaient que les petits jeunes du climat et tous ceux qui protestent avec eux depuis des semaines allaient faire trois petits tours et puis rentrer à la niche, en sont pour leurs frais. Certains en ont même perdu leur boussole climatique. Ainsi le MR, qui en quelques semaines a cafouillé dans son attitude sur la loi climat et la révision de la constitution. Un ours polaire n’y retrouverait pas ses jeunes…

    La cause de ces changements de cap ? Ne cherchez pas...

    Lire la suite