Accueil Société Régions Bruxelles

Un jour, un bon plan: le Festival International des Brigittines à Bruxelles

Chaque jour cet été, « Le Soir » vous donne rendez-vous pour découvrir une activité à ne pas manquer. Ce jeudi 16 août : Festival International des Brigittines.

Temps de lecture: 4 min

Du 17 août au 1er septembre, Bruxelles accueille le Festival International des Brigittines. Cette édition veut proposer des « antidotes pour une époque toxique ».

L’événement veut cette année porter un message politique et d’actualité : « Incertaine et confuse, saturée de menaces, notre époque offre un visage de brouillard où l’on avance sans savoir. À travers les mutations ultrarapides, le profit et sa religion délétère, le retour des nationalismes et des tyrans, un poison se répand, dégouline, infecte les esprits. » Ils veulent faire partie de ceux qui s’élèvent contre la négativité ambiante. « La course à l’abîme est maquillée de mensonges et d’une étrange indifférence, comme s’il était inutile de tenter d’échapper à la négativité. Des oppositions s’organisent bien sûr, des voix s’élèvent, mais elles se noient dans la corruption des discours et la démoralisation des volontés. ».

Au programme

Le 17 et 18 août, le spectacle « Titans » d’Euripides Laskaridis & OSMOSIS vous plonge dans les légendes de l’Olympe. La troupe incarne le modèle de ces dieux grandioses et puissants par le burlesque et l’étrange. Le spectacle mélange les genres et les registres et appelle à la découverte de l’imaginaire.

L’événement veut ouvrir les esprits grâce à l’art « Si l’art ne guérit pas, et même s’il véhicule ses propres poisons, il déverrouille des portes, dégage des voies, annonce des aurores qui sauvent de tous les crépuscules. L’aube, comme une promesse… ».

Le 18 et le 20 août, c’est au tour de la représentation de « Là, se délasse Lillith… manifestation d’un corps » de Marinette Dozzeville. Lilith se veut la première femme véritable égale d’Adam. Une personnalité libertaire non-conformiste qui explore les limites entre liberté et servitude, domination et soumission. Cette femme se délit peu à peu des chaînes par lesquelles elle est tenue. Elle est devenue l’emblème des féministes par la représentation qu’elle donne du corps féminin.

Le 20 et 21 août, les Brigittes accueillent le spectacle « OSKARA », rencontre du collectif Kukai Dantza et du chorégraphe Marcos Morau de La Veronal. Mélange de la forme la plus classique de la danse et de la chorégraphie contemporaine. C’est l’histoire d’un homme qui par l’expérience de la mort pénètre les mystères de l’existence.

La danse est aussi une composante importante du festival. « Danser jusqu’à se perdre – ou se découvrir. Arriver à ce point où l’endurance laisse affleurer un être différent. Celui-ci est-il plus authentique, plus touchant ? Évoque-t-il des défis sans limite où l’humain se laisse broyer par son goût du record et de l’exploit ? »

Le 22, 23 et 25 août, le spectacle « Bang bang » de Manuel Roque propose de métaphoriser la tension de nos vies stressées. Il explore le dépassement de soi, à la recherche d’une cible à abattre… qui se trouve peut-être être lui-même.

Le 24 et 25 août, c’est au tour de Daniele Albanese de Compagnia Stalker pour « Von solo ». Désir de ne pas être l’instrument de l’espace qui l’entoure. La frontière de l’imaginaire est poussée dans ses limites, de la brillance d’un météore qui traverse la noirceur de la nuit. Aux mêmes dates, le spectacle « Que du bonheur » de Tomeo Vergés. Il pose les questions des clichés féminins en m’étant en scène l’image de la femme parfaite qui devient une guerrière ancestrale. Toujours pendants le 24 et 25, dans « Cantico dei cantici », six danseurs interprètent la fable physique de Virgilio Sieni. Des danses qui mélangent fluidité du mouvement et la profusion des gestes.

Le 27 et 29 août, retrouvez « Scarabeo, angles and the void » d’Andrea Costanzo Martini. Le chorégraphe se sert des deux significations de « Scarabeo » (Scarabé et Scrabble) : figures déjantées et puzzle astucieux. Aux mêmes dates, les spectacles « Sons of Sissy » et « Radical light » sont aussi au programme.

Enfin, les 30 et 31 août mettront en scène « Multiverse » avec une performance de Louis Vanhaverbeke. Une bande de médecins se livre à des expérimentations des comportements humains dans « a taste of poison ».

Infos pratiques

Retrouvez les programmes complets ainsi que tous les horaires sur out.be.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Le Plan taxi bruxellois avance pas à pas

Le projet d'ordonnance visant à réformer les règles dans le secteur du transport rémunéré de personnes pourrait connaître mardi une avancée importante au parlement bruxellois.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo