Accueil Culture Musiques

Décès d’Aretha Franklin: la presse célèbre la voix de la Soul

La mort de la chanteuse américaine Aretha Franklin, le 16 août, a provoqué une véritable onde de choc dans la sphère culturelle. Revue de presse.

Temps de lecture: 3 min

Au lendemain de la mort d’Aretha Franklin à 76 ans, entourée par ses proches à son domicile de Detroit, la presse lui rend hommage à la chanteuse américaine, qui a bercé l’Amérique et le monde entier de sa voix durant plus d’un demi-siècle.

Tous saluent la « Reine de la Soul » : « Le Soir » revient en détail sur les étapes les plus marquantes de sa carrière. Le journal « L’Echo », lui, salue une « natural woman », clin d’œil à l’une de ses chansons phares.

« Le Figaro » revient sur les origines de la « diva de la soul », influencé par son père le révérend C.L. Franklin qui « encouragea fortement sa fille Aretha à suivre une carrière de chanteuse, et entraîna celle-ci, encore jeune, à le suivre en tournée. Proche de Martin Luther King, il accompagna largement le mouvement des droits civiques ». Depuis ses débuts chez Columbia à l’âge de 14 ans jusqu’à son dernier concert en août 2017 à Philadelphie, elle n’a cessé de faire entendre sa voix, avec des moments mémorables comme durant l’investiture du président Barack Obama en 2009, où elle interprète « My Country, ‘Tis of Thee ».

figaro franklin

« Respect », un des titres emblématiques du répertoire de la chanteuse, c’est ce qu’ont choisi d’afficher « L’Avenir » et « Libération ». Le journal français consacre sa Une à l’artiste, ainsi qu’un dossier événement, en utilisant le titre de cette chanson d’Otis Redding qu’Aretha Franklin a transformé en véritable manifeste féministe. Le quotidien souligne le statut d’icône qu’elle possédait, même dans les moments les plus bas de sa carrière : « Si elle se fait rare en studio, si elle ne marque plus l’histoire de la musique, elle n’en demeure pas moins une icône pour les nouvelles générations  ». Plus qu’une chanteuse, c’est un phénomène culturel qui s’est éteint. Ses chansons ont rythmé ses combats pour les droits civiques et le féminisme, causes qui lui étaient particulièrement chères. « Aretha a chanté son époque, avec son époque et pour son époque » y explique Daphne Brooks, professeure à l’université de Yale.

libé franklin

Parmi les différentes Unes internationales, on retiendra celle du Daily Telegraph, toute en sobriété, montrant la chanteuse à 18 ans durant une de ses premières sessions d’enregistrement en 1960. Le quotidien britannique revient sur l’impact de la chanteuse sur la culture américaine, et sur le palmarès de celle qui « a vendu 75 millions de disques, gagné 18 Grammy Awards et a été décorée de la Médaille Présidentielle de la Liberté en 2005 ».

telegraph franklin

À lire aussi Aretha Franklin était «Lady Soul»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs