Accueil

Condamnation de l’État belge: «On sentait que les astreintes allaient arriver»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 1 min

Theo Francken est revenu vendredi sur une actualité de la semaine : la condamnation de l’Etat belge pour le défaut de logement envers un jeune demandeur d’asile afghan. La Cour du travail laissait le choix entre payer une astreinte (125 euros par jour) ou trouver immédiatement une place d’accueil pour le jeune Afghan. Le secrétaire d’Etat a opté pour la seconde solution… Que fera-t-il si d’autres demandeurs d’asile obtiennent la même décision de justice ? « D’abord, on va voir s’il y a d’autres cas. S’il y en a, et si les juges demandent que l’accueil soit accordé aux demandeurs d’asile, nous donnerons une place d’accueil. Je fais tout pour éviter les astreintes. On sentait que les astreintes allaient venir… Mais on a décidé, avec le directeur de l’Office des étrangers, que face à un cas comme le jeune Afghan, on allait appliquer strictement les règles de Schengen. Ce jeune Afghan n’est pas arrivé en Belgique en avion ou en bateau. Il est passé par d’autres pays européens. Alors, il faut regarder son parcours pour voir si c’est un cas Dublin.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs