Le patron de bpost veut la fin de la distribution quotidienne du courrier

Edition numérique des abonnés

C ouper dans les coûts avec le modèle actuel devient insupportable. » Si Koen Van Gerven tient un langage emprunté au discours syndical, c’est que le patron de bpost a de bonnes raisons. L’entreprise a perdu la moitié de sa valeur boursière ces derniers mois et l’accélération des pertes de chiffre d’affaires liées au déclin du courrier le pousse à affirmer qu’un point de basculement a été atteint. « On observe aussi le même phénomène chez nos collègues européens, dit Koen Van Gerven au « Soir ». Regardez les derniers résultats de la Poste portugaise, de Deutsche Post ou de PostNL. Ils ne sont pas brillants non plus. On arrive à la fin d’un modèle. Il est temps de préparer le modèle suivant pour assurer la pérennité de l’entreprise. »

Car l’activité « colis », certes en croissance considérable (+28,3 % au premier trimestre 2018 après une année 2017 à +28,2 %), ne compense pas la perte de 266 millions de chiffre d’affaires entre 2013 et 2017. Malgré 109 millions de chiffre d’affaires gagnés grâce à cette activité dont le volume a crû de 81 % sur la même période, Koen Van Gerven cherche ailleurs l’avenir de son entreprise : « Compenser avec la distribution de colis en Belgique ? Non. C’est clair depuis un certain temps. Il faut oublier ça. » Et de clamer : « Il faut élargir le spectre de nos activités. »

Concernant la distribution du courrier, le patron des postiers a aussi son idée : « Le client nous dit que le courrier papier n’est plus un moyen prioritaire pour une communication urgente. Il peut vivre avec un courrier qui arrive non pas le lendemain mais deux ou trois jours plus tard. Si on peut regrouper des volumes en distribuant les lettres tous les deux ou trois jours plutôt que tous les jours, le nombre de boîtes aux lettres dans lesquelles un facteur dépose du courrier augmentera et on pourra retrouver les 70 % alors qu’il est légèrement sous les 50 % actuellement. Je précise qu’à côté d’une offre J+2 ou J+3, nous continuerons à proposer une distribution en J+1 pour les clients qui le désirent. »

►Les pistes évoquées pour pallier la baisse des courriers, la disribution de colis, la concurrence: retrouvez notre entretien avec le patron de bpost sur Le Soir+

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le département dont Strasbourg est le chef-lieu concentre un nombre étonnamment élevé de «
fichés S
».

    Fusillade à Strasbourg: le Bas-Rhin, bastion des radicalisés

  2. Le plan prévoit de faire passer la part des énergies vertes dans la consommation énergétique finale de 8,65
% en 2016 à 18,4
% en 2030.

    Voici les contours du plan énergie-climat belge

  3. Selon le D
r
 Denis Dufrane, l’automatisation permet un traitement intégral en salle blanche et surtout de garantir une parfaite sécurité du produit final pour le patient.

    Première mondiale: une usine à produire de l’os

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: il faut que vous le sachiez…

    Il faut que vous le sachiez : le déséquilibre Nord-Sud en Belgique ne concerne pas que la croissance économique ou les situations budgétaires, il touche aussi au volume d’informations. Alors que le Belge francophone est calé dans son fauteuil après les JT devant une série, un film ou un match de foot, un certain public flamand est, lui, en immersion dans un bain d’interviews longues, d’analyses de haute tenue en lien avec l’actualité du jour. Et pas que flamande : de tout ce qui se passe en Belgique, même francophone et dans le monde.

    De 20 à 21h, chaque jour de la semaine, la Flandre peut se nourrir de Terzake suivi de De Afspraak. Le premier  talk-show est animé par un couple d’intervieweuses redoutées car coriaces et très au fait de leurs dossiers. Annelies Beck et Kathleen Cools sont ainsi autant louées qu’insultées sur les médias sociaux par des obsédés de l’opinion. D’un à trois thèmes...

    Lire la suite