Flandre: la police de Kruibeke n’arrêtera plus les migrants en transit

Flandre: la police de Kruibeke n’arrêtera plus les migrants en transit

Le chef de la police de Kruibeke, en accord avec le bourgmestre de la ville, a déclaré mettre fin à la recherche proactive de migrants en transit.

« Ce n’est plus possible parce que nos services de police de base ont été compromis, et nous n’avons pas toujours été en mesure de répondre rapidement aux appels d’urgence des citoyens » a déclaré Wim Pieteraerens, le chef de la police à la VRT.

Il estime que Kruibeke est une « plaque tournante » de la migration depuis un an et demi. Selon lui, les migrants arrivent du parc Maximilien en passant par Anvers, et tentent de monter dans les camions stationnés sur un parking le long de la E17 pour rejoindre le Royaume-Uni.

Par ailleurs, il estime que ses efforts ne servent à rien, puisque « 95 à 99 % des personnes arrêtées ont été libérées par l’Office de l’immigration avec l’ordre de quitter le territoire. Et presque tous les jours nous avons été confrontées aux mêmes personnes. Nous ne pouvons pas résoudre ce problème au niveau local », explique-t-il à la VRT.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite