Arabie saoudite: des activistes lancent une radio pour dénoncer les violences faites aux femmes

©D.R
©D.R

Depuis quelques semaines, des militantes saoudiennes diffusent depuis un pays inconnu une émission de radio en ligne pour dénoncer les violences faites aux femmes dans le pays. L’Arabie saoudite, qui a récemment autorisé les femmes à conduire, est considéré comme l’un des pires au monde concernant les droits des femmes.

Avec cette émission hebdomadaire, diffusée chaque dimanche sur la plateforme Mixlr, les activistes espèrent changer les mentalités : « Nous avons commencé ce projet afin que les gens sachent que nous existons », explique Ashtar, l’une des présentatrices de Nsawya FM, à la BBC. Les neuf femmes et les deux hommes à l’origine du programme espèrent ainsi être « la voix de la majorité silencieuse ».

Sur leur compte Twitter, les activistes indiquent que le lien vers leur émission a été bloqué par l’Arabie saoudite.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN-EU_

    Brexit: les options pour les jours et les semaines à venir

  2. d-20110617-W0NMAQ 2007-04-20 00:00:00

    Stib, TEC, SNCB: les applications de transport public ont-elles du succès?

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    Gouvernance: pourquoi les partis prennent le risque de duper l’électeur

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite