Accueil Culture

«Bond, c’est un héros en noir et blanc qui vit dans un monde en technicolor»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Jean-Philippe Costes est un expert des aventures de James Bond. Il a consacré, il y a peu, un passionnant opus au célèbre agent (Le monde selon James Bond, Ed. Liber). Pour lui, la couleur de peau de 007 importe peu. «  Bond, c’est un héros en noir et blanc qui vit dans un monde en technicolor. On fait tout un débat aujourd’hui sur la couleur de Bond, sera-t-il noir ou blanc, mais en vérité ça n’a aucune importance. Si on est terre à terre, la couleur de Bond est problématique. D’abord parce que Ian Fleming, le romancier, était plutôt raciste. Umberto Eco a écrit quelques pages bien senties sur le sujet, dans son essai sur le surhomme. Mais le Bond que l’on connaît, au cinéma, n’est absolument pas raciste. Il est misanthrope et anti-humaniste, ça oui.  »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs