Accueil

Quatre recours et un contrat

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Mi-juillet dernier, la Régie des bâtiments annonçait qu’une « passation de contrat » avait bel et bien été conclue avec Cafasso, le consortium belgo-néerlando-australien désigné pour mener à bien la construction et la maintenance du futur complexe carcéral harenois. Cette décision, annoncée au travers d’un communiqué laconique et synonyme d’un passage à la vitesse supérieure dans la procédure d’exécution du chantier, a pris beaucoup de monde par surprise. En effet, le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA), également chargé de la tutelle sur la Régie des bâtiments, avait laissé entendre un mois plus tôt en commission parlementaire de la Chambre que les travaux ne commenceraient pas tant que des recours suspensifs liés au projet étaient encore pendants devant le Conseil d’État.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs