Bruxelles: le chantier de rénovation de la place Jourdan fâche les commerçants

Si la place sera dégagée fin septembre-début octobre, le chantier  ne sera pas complètement achevé avant le début 2019.
Si la place sera dégagée fin septembre-début octobre, le chantier ne sera pas complètement achevé avant le début 2019. - E.G.

Le retard des travaux place Jourdan perturbe les activités des commerçants. Le chantier de la place était censé s’achever fin juin mais Beliris, l’agence fédérale en charge des travaux, a repoussé l’échéance à septembre-octobre.

Un été catastrophique

Les commerçants ont perdu beaucoup d’argent cet été. Le Poule & Poulette n’ouvre que trois jours dans la semaine tandis que le Pampa’s ferme le midi. La plupart des commerçants ont perdu 60 % de leur clientèle. Chez Ellis Burger, le chiffre d’affaires a baissé de 50 % par rapport à l’année dernière. « On avait préparé un budget élevé en fonction de la fin des travaux. Au final, nous n’avons utilisé que 46 % de ce budget », confie la gérante. La situation est plus dramatique pour les indépendants. « Beliris propose une indemnisation de 75 euros par jour, si on ferme. Pour survivre, il me faudrait 15.000 euros par mois », dénonce Thierry Jeandrain, patron du Prego. Une colère partagée par la plupart des commerçants qui les a poussés à faire front.

Michel Delhaes, président de l’association des commerçants de la place Jourdan accuse Beliris de ne pas tenir ses promesses. « Il faut que chacun prenne sa part de responsabilité. Beliris nous dit que le retard est dû à une injonction de la commission de coordination des chantiers qui veut terminer les travaux du carrefour Maelbeek-Sofitel. Mais la commission nie cette version », déclare le patron de la brasserie l’Esprit de sel. Un carrefour qui bloque l’accès aux voitures et aux transports en commun et qui devait être débloqué d’urgence avant la rentrée, justifie Beliris.

Un malentendu

« C’est un quiproquo, les documents fournis par les commerçants concernent une autre partie du carrefour, situé sur une voirie régionale, totalement différent de celui de la place Jourdan, situé en zone communale », explique Marianne Hiernaux, porte-parole de Beliris. L’agence reconnaît toutefois avoir pris du retard et failli à ses promesses mais souhaite respecter ses délais. La cheffe de chantier du projet fait savoir que les travaux sont en cours. Mardi, les ouvriers ont pavé du côté de la friterie Antoine, mais ils ont aussi travaillé sur la fontaine et les fosses. « Fin septembre, début octobre on pourra dégager la place », assure la porte-parole. La fin définitive du chantier, elle, n’aura pas lieu avant début 2019.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous