La liste d’été court toujours

Lot 61. Statère en argent provenant de Tarse (Datamès, 378-372).
Lot 61. Statère en argent provenant de Tarse (Datamès, 378-372). - D.R.

La maison spécialisée en numismatique entamera la seconde partie de l’année, le 8 septembre, date de sa 138e vente publique. Sa 285e liste juin-septembre reste toujours disponible avec un total de 1.962 numéros. De quoi rassasier ceux qui prendront le temps de l’éplucher et, pour ceux que la quantité effraie, voici quelques jalons à prendre ou à laisser.

Pour le monde grec, les amateurs retiendront un rare tétradrachme en argent provenant de Sicile (Leontinon, vers 425 av. J.-C.) à prendre 1.750 euros (lot 5). Pour le même montant, un superbe statère en argent provenant de Tarse (actuellement en Turquie) lié à l’histoire des Satrapes de Cilicie et de Datamès (378-372) que l’on voit au revers de la pièce en compagnie du Dieu du ciel, Ana, dans un temple. Le droit montre Baaltars assis tenant un long sceptre surmonté d’un aigle, une grappe de raisin et un épi (lot 61).

De la Lombardie

Quittons le Proche-Orient ancien pour le Haut Moyen-Age avec un trémisse en or provenant du duché Lombard de Bénévent frappé sous Arichis II (774-787). On le voit de face tenant un globe tandis que le revers est marqué d’une croix potencée. Cette monnaie montre combien les Lombards ont imité le monnayage d’or byzantin de Syracuse dès le VIe siècle et jusqu’au milieu du IXe siècle. Leurs premières émissions sont des imitations anonymes mais sous Gisulf Ier (689-706) l’initiale du duc apparaît sur la monnaie. La lettre A désigne Arichis II qui érigea en 774 le duché de Bénévent en principauté mais se vit contraint à la fin de son règne de reconnaître la suzeraineté de Charlemagne suite à l’invasion de ses Etats par l’armée franque. Cette très belle monnaie est également proposée 1.750 euros (lot 276).

Considérons à présent une pièce allemande d’un dénommé Albert L’Ours, de son vrai nom Albert Ier de Brandebourg (1123-1170), le fils du comte Otton de Ballenstedt, lui-même surnommé Otton le Riche. Devenu comte de Ballenstedt en 1120, puis margrave de l’Ostmark, de la Lausitz, du Nordmark, il est intronisé en 1136 margrave de Brandebourg. C’est son fils qui est représenté sur ce superbe bractéate en argent (lot 285, 5.000 euros) assis sur un trône orné de têtes de chien, tenant son épée sur l’épaule et une bannière.

À l’Espagne

Partons à présent en Espagne au XIVe siècle avec une pièce évoquant la vie trépidante d’un certain Pierre de Castille que l’on voit couronné au droit tandis que le revers fait état des dissensions entre Castille et Leon dont les armes sont écartelées (lot 376, 1.750 euros). Il faut dire que l’homme apparaît comme l’une des figures les plus fascinantes de l’histoire espagnole. Comme on peut le lire dans le catalogue, il était appelé « Pierre le Justicier » par son peuple mais est resté dans la postérité sous le nom de « Pierre le Cruel » en raison des nombreux assassinats et exécutions qu’il ordonna contre ses opposants tout au long de son règne. Celui-ci ne fut en effet qu’une succession de conflits, de rébellions et de guerres et s’acheva par sa défaite dans la guerre civile qui l’opposa à son demi-frère Henri II. Leur conflit dura 3 ans, chacun trouvant des alliés à sa cause. Le 13 mars 1369, l’armée de Pierre le Cruel subit une défaite décisive lors de la bataille de Calatrava la Nueva, laquelle fut suivie d’un duel entre les deux demi-frères durant lequel Pierre le Cruel y fut mis à mort de la main même d’Henri II.

Sans oublier l’Hexagone ni la Belgique !

Terminons par la France, avec un florin d’or au chevalier, une monnaie extrêmement rare du duché de Bretagne frappée à Nantes sous Jean V (1399-1442) et proposée au prix fixe de 6.000 euros (lot 407).

Les collectionneurs de monnaies belges trouveront 154 pièces à prix favorables (dès 3-4 euros !). Les autres contrées ne sont pas en reste puisqu’il y a plus de 900 numéros étiquetés de la sorte. A vos loupiotes !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    Retard scolaire, origine,...: la carte d’identité de l’élève francophone

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite