Accueil Monde Europe

Alexis Tsipras: la Grèce «reprend aujourd’hui son destin en main»

Après trois « plans d’aide » et huit ans de sacrifices, la Grèce sort enfin du purgatoire. Mais son économie, détruite par huit ans d’austérité, reste à reconstruire.

Temps de lecture: 2 min

La Grèce « reprend aujourd’hui en main son destin », s’est félicité mardi le Premier ministre grec Alexis Tsipras lors d’un message télévisé de l’île d’Ithaque, symbole du long voyage d’Ulysse.

Souhaitant marquer le premier jour de « la nouvelle ère de son pays débarrassé des memoranda (plans d’aide internationaux) et de la tutelle stricte des créanciers depuis huit ans », Alexis Tsipras s’est rendu à Ithaque, en mer Ionienne, point de départ et de retour d’Ulysse dans l’Odyssée d’Homère, pour annoncer «  qu’un nouveau jour s’est levé » pour son pays, «  un jour historique (…) celui de la fin des politiques d’austérité et de la récession ».

La fin d’une tutelle stricte

Ce message veut sceller la fin de huit ans de tutelle stricte du pays sous l’étau des créanciers UE et FMI et dont le début remonte à avril 2010.

Le Premier ministre, au pouvoir depuis janvier 2015, avait dû signer contraint et forcé en juillet de la même année le troisième et dernier plan de prêts au pays.

Lundi, les dirigeants de l’Union européenne, le président du conseil européen Donald Tusk, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, mais aussi les dirigeants allemand et français, ont salué la sortie de la Grèce des plans d’aide en louant « les efforts et les sacrifices des Grecs » ainsi que « la solidarité » des Européens lors de la crise de la dette.

Invalid Scald ID.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par delpierre bernard, mardi 21 août 2018, 14:42

    Le peuple paie très cher le manque de courage politique qui consiste aussi à flatter le peuple. Ainsi, lors de l'entrée dans l'Euro, la dette publique à bénéficié de taux plus bas et donc à pu être refinancee à moindre coût. Au lieu d'en profiter pour diminuer la dette progressivement , on l''a augmentée massivement car la charge d'intérêt annuelle n'augmentait pas vu le différentiel de taux euro/drachme plus favorable, sauf que la masse d'endettement s'était d'autant accrue et lorsque la bise fut venue, la cigale se trouva fort dépourvue....la Grèce n'est pas sortie de cet effroyable aveuglement des responsables politiques...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une