Accueil Monde États-Unis

L’ancien avocat de Trump plaide coupable de viol des lois sur le financement électoral

Michael Cohen a reconnu avoir payé deux femmes pour taire leur relation avec Trump avec l’intention « d’influencer l’élection » présidentielle de 2016.

Temps de lecture: 2 min

Michael Cohen, ex-avocat personnel de Donald Trump, a avoué devant un tribunal new-yorkais avoir violé les lois américaines sur le financement des campagnes électorales. M. Cohen aurait déclaré l’avoir fait au nom d’un candidat, mais sans donner l’identité de cette personne, ont rapporté l’agence de presse Bloomberg et la chaîne de télévision CNN mardi.

Michael Cohen a plaidé mardi coupable de huit chefs d’accusation, dont cinq pour fraude fiscale et deux pour violation des lois sur le financement des campagnes électorales.

Interrogé par un juge fédéral de Manhattan, l’ex-avocat et homme d’affaires a indiqué avoir versé des sommes de 130.000 et 150.000 dollars destinées à deux femmes affirmant avoir eu une liaison avec Donald Trump en échange de leur silence, « à la demande du candidat » et « avec l’intention d’influencer l’élection » présidentielle de 2016.

De trois à cinq ans de prison

M. Cohen a quitté le palais de justice mardi avec une caution de 500.000 dollars comprenant des restrictions de déplacements. Le verdict sera prononcé le 12 décembre.

D’après les médias, l’entente relative au plaidoyer prévoit qu’il encourt une condamnation à une peine de prison allant de trois ans et demi à cinq ans.

Les charges d’accusation découlent d’une perquisition du FBI au domicile et au bureau de Michael Cohen sur demande de Robert Mueller, le procureur spécial chargé de l’enquête sur l’ingérence russe dans les élections américaines de 2016.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en USA

Etats-Unis: la Maison Blanche s’en prend à Jeff Bezos

Un porte-parole de la Maison Blanche s’en est pris, lundi, de manière assez inhabituelle au fondateur d’Amazon Jeff Bezos, qui a ouvertement critiqué sur Twitter la politique fiscale et économique de l’administration Biden.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une