Séjours insolites en Wallonie

Aqualodge, un hébergement qui mêle des éléments du gîte à la ferme, de l’hôtellerie ou encore du séjour bien-être.
Aqualodge, un hébergement qui mêle des éléments du gîte à la ferme, de l’hôtellerie ou encore du séjour bien-être. - DR

A l’étranger comme en Belgique, la tendance du tourisme insolite apparue il y a quelques années ne s’essouffle pas ! Pour preuve : après avoir exploré les thèmes de la « Wallonie à vélo » et la « Wallonie gourmande » en 2016 et 2017, le secteur tourisme de la Région a choisi de consacrer cette année 2018 à la « Wallonie insolite ». La liste de lieux et d’activités proposée dans ce cadre reprend quelques incontournables, mais aussi de vraies originalités comme une distillerie de whisky, des parcours de promenade pieds nus, un musée de la lessive ou encore une collection de vieilles motos gardée dans un hangar typique des années 1950. La thématique « Wallonie insolite » rassemble aussi toute une série d’événements, et bien sûr des hébergements eux aussi hors du commun.

Cabanes perchées, igloos, roulottes, tipis et tentes en tous genres, l’offre dans ce domaine est aujourd’hui très variée et reprise par de grands groupes d’hôtellerie ou de camping dans leurs établissements en Belgique comme à l’étranger. Il n’est donc pas facile de se distinguer et d’innover en la matière, mais la Wallonie se débrouille plutôt bien avec, par exemple, un hôtel décoré sur le thème du carnaval à La Louvière, un autre implanté dans une ancienne chapelle à Mons, un gîte dans un ancien moulin à Bertrix ou encore un hôtel basse énergie dans un bâtiment 100 % en bois à Eupen.

A Ermeton-sur-Biert, près de Maredsous, un couple de pisciculteurs propose quant à lui un nouveau concept insolite avec Aqualodge, hébergement qui mêle des éléments du gîte à la ferme, de l’hôtellerie ou encore du séjour bien-être. Comme le font certains agriculteurs, les propriétaires Diane et René ont en effet utilisé leur lieu de travail – à savoir un étang voisin d’autres toujours en exploitation – pour y installer des hébergements de vacances sous forme de six chalets en bois sur pilotis. Les hôtes peuvent ainsi vivre presque littéralement les pieds dans l’eau tout au long de leur séjour, et profiter du cadre inédit d’Aqualodge où la faune et la flore sont un spectacle à eux seuls !

A l’intérieur, la décoration met à l’honneur le bois et les matériaux naturels, rappelant par moments l’ambiance des chalets de montagne. Les propriétaires des lieux ont ainsi voulu offrir à leurs hôtes « un lieu où se ressourcer, où se retrouver au calme le temps d’un séjour ». Il va sans dire que ce concept en attire plus d’un, surtout ceux pour qui le retour à la nature n’est pas forcément synonyme de privation de confort ! Alors que certains logements insolites et cabanes misent plutôt sur un équipement rudimentaire pour une expérience au plus près de la nature, Aqualodge offre des chalets qui n’ont rien à envier à une chambre d’hôtel classique…

Une affaire de famille

Par Marie-Eve Rebts

Repas gourmands

En plus de son époux René, Diane est assistée dans la gestion d’Aqualodge par Jonathan, l’un de ses neveux. D’autres membres de la famille sont aussi impliqués dans le projet, comme un neveu traiteur qui se charge de préparer les repas servis aux hôtes. Bien que chaque cabane dispose d’un coin avec de quoi manger et préparer des boissons chaudes, il n’est pas prévu d’y cuisiner. Par facilité, les propriétaires des lieux et le traiteur ont donc imaginé des repas gourmands sous forme de bocaux avec des produits bio et haut de gamme, ainsi qu’un dessert.

Aqualodge, la vie au bord de l’eau

Par Marie-Eve Rebts

Diane : « Dans ce monde où l’on vit à cent à l’heure, nous voulons offrir aux gens un endroit où ils peuvent prendre le temps et se retrouver, le tout dans un cadre qui invite à cette sérénité. »
Diane : « Dans ce monde où l’on vit à cent à l’heure, nous voulons offrir aux gens un endroit où ils peuvent prendre le temps et se retrouver, le tout dans un cadre qui invite à cette sérénité. » - DR

Six cabanes au bord de l’eau dans un cadre naturel particulièrement varié et calme. Il n’en fallait pas plus pour faire d’Aqualodge un lieu de villégiature dépaysant !

En traversant le petit village d’Ermeton-sur-Biert près de Maredsous, on observe de jolies maisons de pierre et une belle nature, mais l’on ne s’attend pas à trouver un tel cadre enchanteur. Aqualodge se dévoile en effet au bout d’un petit chemin privé, qui débouche sur un bâtiment d’accueil à côté duquel on retrouve le fameux étang et ses six cabanes en bois. A côté, plusieurs autres plans d’eau servent encore à la pisciculture, qui était la destination première du site.

C’est il y a dix ans, de retour de vacances, que les propriétaires des lieux René et Diane ont eu l’idée de diversifier leurs activités en se lançant dans le tourisme, un peu comme le font certains agriculteurs avec les gîtes à la ferme. « Nous avions déjà quelques gîtes dans la région, mais nous souhaitions lancer un concept plus proche de l’hôtellerie, explique Diane. Nous avions plusieurs idées en tête et, au final, c’est celle des logements insolites sous forme de cabanes qui s’est imposée. »

Le problème du permis

Entre le projet de départ et l’ouverture d’Aqualodge fin 2017, pas moins de dix années se sont écoulées. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas la conception des chalets – prise en charge par une entreprise wallonne spécialisée – qui a posé problème, mais bien l’obtention du permis ! « Cela a été si compliqué qu’à un moment, nous avons cru que ce serait impossible, confie Diane. Néanmoins, nous avons finalement réussi à obtenir les accords sans devoir faire de concessions sur notre projet de départ. Nous avons débuté par une cabane, puis enfin six. Les constructions sont entièrement en bois, à l’exception des piliers en fer sur lesquels elles reposent. Le plus compliqué a été la gestion de l’écoulement de l’eau car les digues sont plates et il a fallu créer des pentes adéquates. »

Outre le côté insolite de son cadre et de ses logements, Aqualodge mise sur des services proches de ceux de l’hôtellerie avec packs « séjour romantique », l’accueil de séminaires grâce à une grande salle, des séances de massages à la carte ainsi que des petits-déjeuners et repas servis en chambres de manière discrète grâce à d’astucieuses boîtes de dépôt. « Nous sommes à disposition de nos hôtes mais, le reste du temps, nous nous faisons les plus discrets possible, commente Diane. Dans ce monde où l’on vit à cent à l’heure, nous voulons en effet offrir aux gens un endroit où ils peuvent prendre le temps et se retrouver, le tout dans un cadre qui invite à cette sérénité. »

Pour se détendre, il est ainsi possible de nager dans l’étang, de pêcher dans un plan d’eau voisin ou de s’offrir un massage. Les propriétaires des lieux ont aussi pris le parti d’interdire les chiens et les enfants, une décision parfois contestée mais que Diane et son époux justifient par les arguments de la sécurité vis-à-vis de l’eau et du calme.

Malgré ces restrictions et des prix plutôt élevés mais qui correspondent à la norme des logements insolites, Aqualodge a pris un très bon départ. L’endroit accueille surtout des Belges, mais René et Diane ont aussi eu l’occasion d’héberger des Français, Allemands, Britanniques ou encore Suisses, le plus souvent le temps d’un week-end ou d’un court séjour. Grâce à l’équipement tout confort des cabanes (eau courante, chauffage, isolation, wifi, télévision…), celles-ci peuvent être occupées toute l’année et offrent même une ambiance particulièrement cocooning en hiver, de l’avis de Diane. Au printemps et en été, les voyageurs apprécieront plutôt la terrasse extérieure depuis laquelle ils peuvent observer la riche vie du plan d’eau : poissons, libellules, grenouilles, hérons… Le tout sans l’intrusion de moustiques qui sont chassés par les habitants de l’étang.

Encore jeune, le concept d’Aqualodge continue à se développer et prochainement, des panneaux solaires devraient assurer la production d’électricité sur le site. Diane et son époux envisagent aussi de construire deux cabanes supplémentaires dans un plan d’eau voisin, mais certainement pas plus. « L’objectif n’est pas de devenir un village de vacances, mais bien de préserver le côté intimiste du site. »

Des logements uniques en leur genre

Par Marie-Eve Rebts

Les propriétaires des lieux ont misé sur l’authenticité.
Les propriétaires des lieux ont misé sur l’authenticité. - DR

Les six cabanes d’Aqualodge sont toutes conçues pour accueillir deux personnes grâce à un grand lit double. Entre le concept de studio et de petite suite hôtelière, elles contiennent toutes une salle d’eau, un minibar, un coin à manger ou encore une vitre implantée dans le sol pour observer l’étang et rappeler où l’on se trouve. Certaines cabanes sont également équipées d’un petit salon particulièrement intimiste et, malgré une certaine homogénéité dans l’aménagement intérieur, chaque hébergement est décoré de façon différente.

D’un séjour à l’autre ou en fonction de leurs goûts, les visiteurs peuvent ainsi opter pour un logement un peu plus grand, un peu plus reculé ou encore avec une terrasse plus spacieuse.

Les propriétaires des lieux ont d’ailleurs facilité la distinction en donnant un nom poétique et de circonstance à chaque chambre, comme « Le murmure de l’écrevisse », « Le frisson d’eau » ou encore « La balade du cygne ».

Très impliqués dans leur projet, Diane et René ont préféré gérer l’aspect décoration eux-mêmes, ce qui n’a pas été une mince affaire mais donne un résultat unique. « N’ayant pas beaucoup d’expérience dans ce domaine, nous avons déchiré beaucoup de feuilles avant de trouver l’aménagement intérieur qui nous convenait, confie Diane. Nous avons passé pas moins d’un an à arpenter différents magasins pour trouver le mobilier. »

Esprit montagne

Finalement, les propriétaires des lieux ont misé sur l’authenticité avec beaucoup d’éléments naturels comme des tapis en peau, des sièges en cuir, des vasques en pierre et bien sûr une présence importante de bois. Des troncs d’arbre locaux ont par exemple été transformés en poutres pour séparer les différents espaces, et les baignoires sont toutes en bois. Les cabanes sont aussi décorées de rideaux à motifs qui rappellent l’esprit montagne et de plein de petites particularités décoratives comme des tableaux aux messages inspirants, des objets et lampes insolites, etc.

L’ensemble est à la fois chaleureux et spacieux, tout en s’adaptant particulièrement au rythme des saisons. En hiver, les voyageurs apprécieront particulièrement l’ambiance bois et le poêle qui vient compléter le chauffage électrique, alors qu’aux beaux jours ils passeront davantage de temps sur la terrasse, où Diane et René ont placé des transats, tables et chaises afin de profiter au maximum du cadre enchanteur d’Aqualodge.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une maison à Dour.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le top 3 des communes wallonnes les moins chères

  • Dans la tour Ekla, du nom de la bière qui fut brassée sur le site en 1958, Inclusio dispose de 20 logements répartis en 3 étages.

    Logements sociaux avec vue

  • d-20160902-G9RLQV 2019-10-16 09:59:27

    Coronavirus: qu’en est-il des loyers?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mer du Nord attirera-t-elle en été ceux qu’elle n’a pu accueillir à Pâques
?

    Coronavirus: Pour les vacances de Pâques, c’est foutu. Et celles d’été:pas sûr...

  2. BELGAIMAGE-162543021

    Mémo pour demain: ne pas oublier d’effacer les parenthèses

  3. David Clarinval
: «
On va augmenter de manière considérable le nombre de tests, dans quelques jours, avec 40 à 50.000 personnes testées en 24 heures, pour orienter le déconfinement de manière ciblée et progressive».

    David Clarinval: «On vit une crise comme on n’en a plus connu depuis… 1929»

La chronique
  • Un {R} incroyable et merveilleux

    L’idée d’une évasion dans l’histoire de la langue française vous a plu. Poursuivons donc notre périple dans cet espace non confiné, en compagnie d’un R errant qui nous a déjà promené de velours à velouté et de cuiller à cuillère . Aujourd’hui, il va se faire excentrique, dans les réjouissances parisiennes au lendemain de la Terreur qui anéantit près d’un demi-million de personnes en France. Au risque d’être emporté dans les excès de l’époque : les Incroyables et les Merveilleuses ne voulaient plus de lui, qui figurait en tête du mot honni révolution . Mais il leur survivra, roulé ou grasseyé. L’air de rien, ce R errant a la vie dure.

    Roulé ou grasseyé

    Avant de passer à l’anecdote de...

    Lire la suite

  • Mémo pour demain: ne pas oublier d’effacer les parenthèses

    On le disait affaibli, déstabilisé, en crise… L’Etat est redevenu puissant, il a repris le contrôle, a retrouvé le goût de la sanction.

    Il est aussi devenu liberticide. Ça lui a pris une semaine, de rogner notre liberté de réunion et d’association (mille, cent, puis deux personnes maximum, si ça ce n’est pas de l’exponentiel). Notre liberté de circulation : seuls les déplacements essentiels – et ce n’est ni Robert ni Larousse qui les définissent mais le Conseil national de sécurité, dont on...

    Lire la suite