Accueil Société

Déjà 25 meurtres de femmes en Belgique cette année

La violence machiste, comme le double meurtre de Plombières, est un fait social inscrit dans un schéma classique de violences conjugales.

Temps de lecture: 2 min

Mercredi soir à Plombières (province de Liège), un homme a tué à coups de couteau son ex-femme et la mère de cette dernière. Une affaire que le bourgmestre de la localité a qualifiée de « familiale », « relevant de la sphère privée ».

Ce double meurtre n’est pourtant pas un fait isolé. Au contraire, il s’inscrit au contraire dans des schémas classiques et récurrents dans le cadre de violences conjugales.

Selon le blog «stop féminicide» qui recense les femmes tuées d’une façon ou d’une autre parce qu’elles sont des femmes et dont les cas sont relayés dans les médias, les deux victimes de Plombières deviennent les 24e et 25e femmes tuées dans le cadre de violences machistes. Si une majorité des cas relèvent de violences conjugales, il s’agit également de prostituées tuées par des clients, de victimes de violences sexuelles abattues par leur agresseur, etc.

Invalid Scald ID.

Céline Caudron, co-responsable de la Plateforme Mirabal, qui recense les meurtres de femmes liés à leur condition de femmes explique : «  la plupart des femmes tuées le sont par des compagnons ou des ex-compagnons. Cela s’inscrit dans un cycle de violences présentes depuis plus longtemps. Il ne s’agit par de disputes, de conflits mais de rapports de pouvoir et de domination. »

« On véhicule souvent l’idée romantique selon laquelle l’homme tue son ex-compagne parce qu’il ne peut pas vivre sans elle, affirme Josiane Coruzzi, directrice de l’ASBL « Solidarité femmes », mais en toute logique, si c’était le cas, l’homme se suiciderait. Or, c’est l’inverse qui se produit. L’idée n’est donc pas “je ne peux pas vivre sans toi”, mais bien “tu ne peux pas exister sans moi”  ».

Des outils commencent à se développer pour mesurer la dangerosité d’un auteur de violences et pour mettre les victimes en sécurité, mais trop souvent encore, on a tendance à minimiser les mécanismes de domination.

► Pourquoi le double meutre de Plombières n’est pas un drame familiale? Réponse dans notre décodage à lire sur Le Soir+.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

84 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko