Accueil

Les adaptations des oeuvres du King

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Carrie (Brian De Palma, 1976)

Tourné deux ans à peine après sa sortie en librairie, cette première adaptation du premier roman de Stephen King lui a permis la reconnaissance du grand public, bien qu’il s’éloigne parfois ostensiblement du roman. L’histoire de Carrie White, le souffre-douleur des élèves de son lycée et de ses parents, qui découvre qu’elle possède des pouvoirs de télékinésie. Toujours un classique le soir de Halloween.

The Shining (Stanley Kubrick, 1980)

Un hôtel vide aux couloirs infinis, des jumelles sur une trottinette et un écrivain qui se perd dans les dédales de son cerveau. Les scènes restent ancrées dans la rétine, s’inscrivent jusque dans nos cauchemars. Stanley Kubrick, comme à son habitude, s’approprie une oeuvre qu’il adapte à sa façon et nous gratifie d’un chef-d’œuvre de thriller psychologique. Stephen King déteste le film.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs