Roberto Martinez au «Soir»: «On peut faire mieux en 2020 qu’en Russie»

© Sylvain Piraux - Le Soir
© Sylvain Piraux - Le Soir

Dans une semaine, il rendra sa première liste post-Coupe du monde. Ils ne seront plus 23 mais un peu plus. Dans un entretien accordé au « Soir », Roberto Martinez, le sélectionneur fédéral, revient sur le Mondial et les émotions générées, ainsi que la future Nations League, qu’il ne considère pas comme un tournoi amical.

Martinez pense également déjà à l’Euro 2020. Les Diables peuvent-ils mieux faire qu’en Russie ? « Pourquoi pas ? Les joueurs auront plus d’expérience. L’aspect essentiel consistera à maintenir le niveau atteint en Russie. On devra trouver suffisamment de joueurs dans chaque compartiment », répond sans hésitation le coach, qui dément toute prise de contact avec la Fédération espagnole.

Quant au possible remplaçant de Thierry Henry en cas de départ, Martinez n’attend pas particulièrement l’arrivée d’une autre grande figure. « Henry a apporté son expérience d’une Coupe du monde gagnée. Je voulais convaincre les joueurs d’y croire et son vécu m’a aidé dans cette voie. Maintenant, c’est différent. Je pense que les besoins autour de cette équipe ne sont plus les mêmes ».

► Retrouvez l’entretien complet sur Le Soir+

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite