Accueil Belgique

«Des tensions, il y en a, mais faire croire à une loi du silence, c’est ridicule»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Un travailleur sauvé de justesse alors que des migrants le « frappaient à coup de chaise et de bâtons », une attaque au couteau contre un agent de sécurité. Un article publié dans La Dernière Heure dimanche passé, à partir de témoignages anonymes, décrit la porte d’Ulysse comme un centre d’accueil hors de contrôle, où l’omertà règne pour surtout ne pas écorner l’image de migrants pourtant drogués, souillons et irrespectueux. « Au départ, j’ai simplement commenté ironiquement « le plus difficile c’est de cacher les cicatrices », parce que cela me semblait tellement n’importe quoi que je ne voyais pas tellement l’intérêt d’épiloguer, réagit Mehdi Kassou. Et puis je me suis rendu compte après que cela avait pris une ampleur dingue. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs