Accueil Sports Football Football belge Charleroi

Mehdi Bayat après la nouvelle défaite de Charleroi: «On a une petite crise à gérer»

Après la nouvelle défaite des Zèbres face à Courtrai et, surtout, à la colère des supporters, Mehdi Bayat s’est exprimé.

Temps de lecture: 2 min

Obligés de réagir après un départ compliqué en championnat (3 sur 12), les Zèbres n’y sont finalement pas parvenus. Contrariés, en semaine, par leur départ de leur attaquant Kaveh Rezaei, ils n’ont en effet pas trouvé la solution face à Courtrai, s’inclinant 0-2.

« Ce match, c’était un match de transition, en réalité. Il était absolument nécessaire de gagner ce match pour pouvoir se remettre dans le bon chemin et se donner une transition douce au départ de Kaveh, lequel n’était pas du tout prévu, et ça, c’est la vérité. Je vais avoir une semaine compliquée. Charleroi sera actif sur le marché des transferts jusqu’au bout, d’autant qu’on aura une petite crise à gérer. Mais c’est une situation qu’on a déjà connue », a expliqué Mehdi Bayat après la rencontre.

« J’irai à la rencontre de mon public »

Pris à partie par son public à travers quelques « Merci Mehdi », « Le pognon tue le blason » ou encore « Allez Bayat, casse-toi de chez nous », il a réagi : « Il faut être lucide. Je suis un supporter aussi mais je suis surtout un dirigeant. Et le dirigeant que je suis doit accepter que les supporters critiquent. C’est leur droit. Mais l’analyse se fera en fin de parcours. On verra, cette semaine, comment ça va se passer avec l’arrivée des nouveaux joueurs. Comment ils vont s’intégrer etc. On ira chercher l’un ou l’autre inconnu que l’on va regretter dans un an ou deux. Tout ça est mon métier et le foot a ce côté ingrat. Tout ça fait partie du jeu. Mais la pression, je l’ai tout le temps, et ce dès le moment où Charleroi ne joue pas les trois premières places. Cette pression, je l’ai connue plusieurs fois depuis 2012, étant à une époque pris à partie dans une salle de cinéma quand Pollet est parti. Mais j’irai à la rencontre du public, comme je l’ai fait à l’époque. Si un moment, mon public ne me comprend plus, je dois aller vers lui, comme je l’ai fait au moment de présenter mon projet 3-6-9. Avant ça, le public ne me comprenait pas et j’ai dû m’expliquer envers lui et je le referai bien volontiers. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Charleroi

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb