Accueil Belgique

La police en fait-elle assez contre l’alcool au volant?

Un député CD&V s’en est inquiété. La réponse du ministre de l’Intérieur révèle que 21 communes (dont 13 wallonnes) n’ont pas effectué d’alcootests l’été dernier.

Chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

Si l’alcool au volant n’est pas le problème numéro 1 en matière de sécurité routière, il arrive tout de même en deuxième position juste derrière la vitesse. « L’année dernière, l’alcool a tué entre 180 et 200 personnes sur les routes, précise Benoît Godart, porte-parole de l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR). Pour la vitesse, on est à 250 victimes. Le non-port de la ceinture arrive en troisième position avec une centaine de tués par an ».

Toujours d’après l’IBSR, la situation s’améliore mais il reste encore beaucoup à faire en matière de prévention. « D’après nos chiffres et notre enquête sur le terrain, le risque de se faire contrôler a doublé entre 2008 et 2014. On est passe de 7 à 14 %. L’année dernière, la police fédérale a procédé à 250.702 contrôles. Pour les différentes zones de police, c’est plus compliqué à savoir avec précision ».

Aucun test

Les forces de l’ordre en font-elles assez au niveau des alcootests ? C’est ce qu’a voulu savoir le député CD&V Jef Van Den Bergh en posant la question au ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) la semaine dernière. Dans sa réponse, il ressort que le taux d’alcoolémie des automobilistes n’a pas été contrôlé dans 21 communes durant la campagne estivale Bob en 2014. Sur les 21, 13 sont wallonnes (1) et 8 flamandes.

► À lire : Les contrôles d’alcoolémie au volant commune par commune (carte interactive)

Mais ces chiffres sont à prendre avec précaution car les différentes zones de police ne remplissent pas systématiquement les statistiques de la même façon. C’est du moins ce qu’on nous a expliqué au secrétariat de la Commission permanente police locale (CPPL). En cause, l’option 35 qui n’est pas cochée automatiquement par les différentes forces de police (locales et fédérale) lors des contrôles. « Les vérifications sont en cours avec les procès-verbaux pour alcoolémie dressés durant ces périodes, mais nous n’aurons pas les chiffres aujourd’hui », nous a-t-on expliqué.

Anvers, la zone où il y a le plus de contrôles

Impossible d’avoir une idée globale ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est ce que précise aussi la réponse du ministre Jambon au député Van Den Bergh : « Nous ne pouvons pas fournir des chiffres globaux sur le nombre de tests d’alcoolémie effectués au cours de l’année entière. La raison est que les campagnes Bob sont les seules périodes où tous les services locaux et fédéraux utilisent un module d’enregistrement spécifique (la fameuse option 35, NDLR), pour les tests d’alcoolémie, ce qui permet de comparer de manière fiable les résultats des campagnes Bob successives ».

En dehors de ces périodes, difficile à savoir. En extrapolant sur la base des périodes concomitantes (avec option 35 donc), on peut évaluer à un million environ les alcootests effectués en 2014 par les différents corps de police.

« Anvers est la zone où il y a le plus de contrôles et, assez logiquement, c’est aussi la zone où les contrôlés positifs sont les moins nombreux », conclut Benoît Godart. À l’inverse, c’est dans le Brabant wallon que le nombre de conducteurs contrôlés positifs est le plus élevé (3 %).

(1)Les treize communes wallonnes : Aubel, Burdinne, Dalhem, Limbourg, Lincent, Marchin, Mont-de-L’Enclus, Olne, Plombières, Trois-Ponts, Trooz, Wasseiges et Stoumont.

embedviz

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs