La Belgique va rembourser 222 millions d’intérêts à la Grèce

© Reporters
© Reporters

La Belgique va rendre un total de 221,8 millions d’euros à Athènes dans le cadre de la rétrocession des gains des banques centrales sur les obligations grecques, relève mardi L’Echo.

En pleine crise des dettes souveraines, la Banque centrale européenne avait procédé en 2010 à des rachats de dette publique grecque, ce qui a permis à l’Eurosystème (BCE et banques centrales nationales) de réaliser des gains.

Le 22 juin dernier, les États membres de la zone euro ont convenu de rétrocéder ces gains à la Grèce, dans le cadre de la fin du 3e plan de refinancement de la Grèce. Parmi d’autres mesures, ces montants ont pour but de rendre l’endettement de la Grèce (178 % de son PIB) plus soutenable.

Les versements auront lieu en décembre et juin à partir de cette année et jusqu’en 2022. L’argent devra servir à réduire des besoins de financement de la Grèce ou à financer des investissements qui auront reçu le feu vert des créanciers.

Les montants par pays n’ont pas encore été divulgués, mais L’Echo s’est procuré le détail auprès du ministère des Finances. L’enveloppe belge totale s’élève à 221,8 millions d’euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite