Accueil Monde France

Démission de Nicolas Hulot: l’Elysée estime que son ministre peut être «fier de son bilan»

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé ce mardi matin, en direct de France Inter, qu’il quittait le gouvernement français.

Temps de lecture: 1 min

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire a déclaré sur France Inter « qu’il ne pouvait plus se mentir. Je prends la décision de quitter le gouvernement ».

«  La décision la plus douloureuse que je n’ai jamais prise. Que personne n’en tire profit  », a averti Nicolas Hulot qui dit avoir mûri cette décision depuis de longs mois. Il s’est aussi excusé auprès du gouvernement d’avoir annoncé cette décision de cette manière.

L’Elysée n’était pas au courant

L’Elysée, qui n’était pas au courant de cette décision, a réagi à la démission de son ministre. Nicolas Hulot, démissionnaire du gouvernement, peut être «  fier de son bilan » au ministère de la Transition écologique, a commenté l’Elysée auprès de l’AFP.

De même source, «  la détermination reste totale pour poursuivre dans la même direction et avec le même niveau d’ambition ».

L’Elysée prévoit «  un remaniement mais pas dans l’immédiat  ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Dopchie Henri, mardi 28 août 2018, 20:05

    Monsieur Hulot démissionne à cause de l'inaction des gouvernements face à la détérioration du climat. Mais il dilue ensuite cette position forte en citant toutes les revendications écologistes, jusqu'à la réintroduction des loups. Cependant, la cause quasi unique de la détérioration climatique est l'accumulation de CO2 dans l'atmosphère, due à la production d'énergie par combustion. Il paraît difficile de réduire notre consommation d'énergie de manière significative (et le développement de l'Afrique, qu'il préconise, ne va pas dans ce sens). Le "tout renouvelable" est utopique. Reste le nucléaire qui pourrait, avec le renouvelable, au moins aider significativement à la résolution de notre problème majeur. Mais il n'en veut pas.

  • Posté par Burniat Walter, mardi 28 août 2018, 17:04

    Monsieur Hulot, au nom d'une cause indispensable, vous avez tenté la participation au gouvernement, "offerte sur un plateau" par le Président Macron. Votre hésitation, au départ augurait du futur. Et non, et non encore, les projets d'un plus juste équilibre entre productivité et nature n'ont pas été accrédités. Le "capital" à court terme - celui d'un mandat? est choisi. Nous en sommes indignés. Comme nous sommes encore indignés par l'exploitation des femmes et des hommes "non politiques", à la fois dans ce gouvernement comme à l'Assemblée Nationale. Nous admirons votre décision qui certes, était difficile. Aussi comme vous l'avez évoqué: que fera mon/ma successeur(e)? Merci de revenir parmi nous dans une opposition de combat à l'inertie internationale, face au profit immédiat.

  • Posté par Lambert Guy, mardi 28 août 2018, 13:33

    Symptomatique de Macron: "fier de son bilan" alors que les faits montrent un bilan catastrophique. De la com! sur le fond, peu importe.

Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une