La SNCB rebaptise les gares de Liège-Jonfosse et Liège-Palais

Image d’illustration de Liège-Palais ©Michel Tonneau / Le Soir
Image d’illustration de Liège-Palais ©Michel Tonneau / Le Soir

Ne dites plus Liège-Jonfosse ou Liège-Palais ! Les deux gares SNCB changent de nom lundi prochain, le 3 septembre, pour devenir respectivement Liège-Carré et Liège-Saint-Lambert. L’objectif ? Améliorer la visibilité et la lisibilité de l’offre intermodale suburbaine liégeoise, affirment mardi les chemins de fer belges.

Ces nouvelles appellations doivent «  permettre aux voyageurs de s’y retrouver plus facilement lors de la planification de leurs déplacements au cœur de la ville et d’avoir ainsi une meilleure connaissance des quartiers desservis par ces deux gares  ».

Les deux stations sont, selon la SNCB, actuellement sous-utilisées par les citoyens, étudiants ou voyageurs d’un jour, qui descendent « par nature » à Liège-Guillemins pour ensuite poursuivre leur déplacement. Or, les – désormais – Liège-Carré et Liège-Saint-Lambert sont toutes deux situées au centre-ville, à proximité du Carré et de la place Saint-Lambert donc, dans des pôles d’attraction importants de la ville mais aussi à proximité immédiate – pour la seconde – du pôle d’échange du réseau de bus TEC.

D’autres changements

Les deux gares ne seront par ailleurs pas les seules à changer de nom le 3 septembre. C’est en effet la date choisie par la SNCB pour « lancer » son offre S autour de quatre grandes villes, dont Liège et Charleroi. Concrètement, les trains L circulant dans un rayon de 30 km dans et autour de ces villes seront renommés « S », pour permettre – comme ce fut le cas à Bruxelles en 2015 – une meilleure visibilité de l’offre suburbaine.

A Liège, l’offre S comprendra quatre lignes suburbaines vers Liège-Guillemins et desservira 59 gares, dont celles d’Ougrée et de Seraing – récemment ouvertes – et la gare de Chaudfontaine. A Charleroi, quatre lignes et 52 gares passent sous l’offre S dès lundi prochain, contre trois lignes à Gand et quatre à Anvers.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «Je n’avais jamais vécu un match aussi mauvais…», a reconnu Thomas Meunier. ©Photo News

    La Belgique éliminée par la Suisse: les raisons de la déroute des Diables

  2. SOCCER NATIONALS LEAGUE A SWITZERLAND VS BELGIUM (2)

    La Belgique s’effondre en Suisse: le bulletin des Diables

  3. Les moins chanceux des navetteurs sont les usagers des lignes Liège-Bruxelles et Namur-Arlon, qui ont vu à peine six trains sur dix arriver à l’heure pendant les heures de pointe.

    Ponctualité à la SNCB: les navetteurs s’inquiètent d’une «spirale négative»

  • France-Belgique: cultiver ce qui nous unit

    C’est une visite pratiquement inédite qu’Emmanuel Macron entame ce lundi en Belgique. Inédite, parce que jamais depuis 1971 un président français n’avait fait une visite d’Etat au Royaume. Et encore, le protocole français considère-t-il la visite qu’avait alors effectuée le président Pompidou auprès du roi Baudouin comme une « simple » visite officielle.

    Au soir de l’élection d’Emmanuel Macron, le 7 mai 2017, le roi Philippe fut tout simplement le premier à proposer une visite d’Etat au...

    Lire la suite