Un jour, un bon plan: l’exposition «Affiches Belle Époque» au musée de la ville de Bruxelles

Un jour, un bon plan: l’exposition «Affiches Belle Époque» au musée de la ville de Bruxelles

De 1885 à 1914, Bruxelles vit l’une des périodes les plus fastes de son histoire. L’émergence de l’Art nouveau et des cercles artistiques lui confère une place primordiale sur l’échiquier européen de la création. L’affiche illustrée, qui apparaît d’abord à Paris, trouve un engouement immédiat. Des artistes, célèbres ou méconnus, s’y essaient séduits par ce média éphémère et exaltant mais techniquement exigeant.

Au programme

C’est la collection Ernest de Try qui compose l’exposition. Une vingtaine d’originaux jamais montrés au public sont encadrés pour permettre au public de jouir de la beauté et de la subtilité des encres lithographiques utilisées à l’époque. Pour les autres affiches en revanche, ce seront des fac-similés pour des raisons de conservations, ce qui n’enlève rien de leur charme.

Porteuses de messages publicitaires, ces affiches annoncent la société de consommation. Une multitude de produits y sont vantés, du téléphone au vélo, sans oublier les cirques et théâtres. Les artistes jettent leur dévolu sur l’image de la femme, bourgeoise et libérée à la fois, fer de lance de cette envie de luxe et de modernité. Parmi les affiches se trouvent notamment quelques exemples d’affiches Art Nouveau (dont la magnifique Abeille d’Or)

Informations pratiques

L’exposition ouvre du mardi au dimanche de 10h à 17h. Le prix d’entrée est de 8 €, 6 € pour les seniors, 4 € pour les étudiants, demandeurs d’emploi et bénéficiaires de l’intervention majorée ou du revenu d’intégration sociale. L’entrée est gratuite pour les moins de 18 ans.

Retrouvez toutes les informations pratiques sur out.be.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. Felix Tshisekedi lors de sa prestation de serment en janvier dernier à Kinshasa.

    RD Congo: la liste du nouveau gouvernement encore recalée…

  3. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite