Un jour, un bon plan: Les ApéRoses à Uccle

Un jour, un bon plan: Les ApéRoses à Uccle

Ce jeudi, à la Ferme Rose d’Uccle, c’est l’heure de l’Apérose, un petit événement convivial pour décompresser en fin de journée.

Au programme

Les ApéRoses sont des événements du style « afterwork ». Ils tirent leur nom de la Ferme Rose, qui apporte un certain charme à ce moment de détente couleur rose bonbon, qui s’achève au rythme du son des musiciens à la tombée de la nuit.

Proposés tous les 1ers et 3èmes jeudis du mois de mai au mois de septembre, ils conviennent tant aux collègues de bureaux qu’aux familles ou aux sorties entre amis. Ne dérogeant pas au but premier de la Ferme Rose, les ApéRoses présentent lors de chaque édition un volet culturel.

Ce jeudi, des activités seront spécialement organisées pour les enfants. Ariane Glikerman sera également présente pour présenter ses œuvres, qui font penser au monde du tatouage et du Street Art avec son style fait d’encre et de typographie. Percu Sauvage et Deejay SVB, quant à eux, animeront la soirée en musique

Informations pratiques

L’événement est gratuit, des jetons seront en vente pour pouvoir acheter des boissons. Ces mêmes jetons sont disponibles en prévente sur le site des ApéRoses.

Retrouvez toutes les informations pratiques sur out.be.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite