Un plan pour limiter le bruit à Bruxelles

©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir
©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

Les risques liés à une surexposition au bruit sont nombreux : troubles du sommeil, hypertension, accélération du rythme cardiaque, troubles de l’audition, augmentation du stress… La cartographie des nuisances sonores en Région bruxelloise, montre que la superposition du trafic routier, des avions et des trains expose d’importantes parties de la Région à un bruit considérable. De jour, montrent les chiffres, 431.000 personnes (36 % de la population) sont exposées à des niveaux « très bruyants » – de 65 à plus de 75 dB(A) –, soit 31 % des habitations, 18 % des écoles et 20 % des hôpitaux. De nuit, 103.800 personnes sont encore affectées par des niveaux très bruyants.

La ministre de l’Environnement Céline Fremault a décidé d’agir. Elle présentera à la mi-septembre un plan de lutte contre le bruit, qui s’intitulera « Quiet Brussels », afin de mettre l’accent sur le calme – la conservation des lieux de tranquillité et l’amélioration des situations problématiques.

La nuisance majeure à Bruxelles est le trafic routier. Le plan recommande l’apaisement du trafic notamment via l’extension des zones 30 prioritairement à proximité des écoles et des hôpitaux, le soutien à des flottes de transport public et privé plus silencieuses ou l’utilisation de revêtements plus silencieux.

► La ministre veut remettre les pendules à l’heure et présentera, à la mi-septembre, un «plan bruit» réactualisé. Toutes nos informations à découvrir sur Le Soir+.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Wallonie transfère une compétence du fédéral à partir du 6 mai.

    L’aptitude à la conduite sera désormais une compétence wallonne

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite