Un plan pour limiter le bruit à Bruxelles

©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir
©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

Les risques liés à une surexposition au bruit sont nombreux : troubles du sommeil, hypertension, accélération du rythme cardiaque, troubles de l’audition, augmentation du stress… La cartographie des nuisances sonores en Région bruxelloise, montre que la superposition du trafic routier, des avions et des trains expose d’importantes parties de la Région à un bruit considérable. De jour, montrent les chiffres, 431.000 personnes (36 % de la population) sont exposées à des niveaux « très bruyants » – de 65 à plus de 75 dB(A) –, soit 31 % des habitations, 18 % des écoles et 20 % des hôpitaux. De nuit, 103.800 personnes sont encore affectées par des niveaux très bruyants.

La ministre de l’Environnement Céline Fremault a décidé d’agir. Elle présentera à la mi-septembre un plan de lutte contre le bruit, qui s’intitulera « Quiet Brussels », afin de mettre l’accent sur le calme – la conservation des lieux de tranquillité et l’amélioration des situations problématiques.

La nuisance majeure à Bruxelles est le trafic routier. Le plan recommande l’apaisement du trafic notamment via l’extension des zones 30 prioritairement à proximité des écoles et des hôpitaux, le soutien à des flottes de transport public et privé plus silencieuses ou l’utilisation de revêtements plus silencieux.

► La ministre veut remettre les pendules à l’heure et présentera, à la mi-septembre, un «plan bruit» réactualisé. Toutes nos informations à découvrir sur Le Soir+.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno d’Alimonte/Le Soir

    Didier Reynders exprime ses ambitions au «Soir»: «Le casting bleu est logique»

  2. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Marche des jeunes pour le climat: les filles et les mecs à égalité

  3. Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

    Pédophilie: l’heure de vérité pour le Vatican

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite