Accueil Économie

De l’objet à la maison connectée

Le concept de smart home évolue avec plus de possibilités et surtout des solutions de plus en plus globales. Il gagne ainsi petit à petit des adeptes. De gros freins subsistent néanmoins, notamment en ce qui concerne l’utilisation, le coût ou encore la sécurité.

Temps de lecture: 5 min

Cela fait déjà plusieurs années que la « smart home » est au cœur des grands salons de la maison et la construction comme Batibouw. Jusqu’à présent, l’enthousiasme dans ce domaine paraissait surtout partagé par les différents fabricants, mais il semble petit à petit gagner aussi les utilisateurs !

D’après une étude réalisée par le cabinet indépendant iVOX à la demande du spécialiste du chauffage Remeha, près d’une habitation belge sur cinq posséderait actuellement un ou plusieurs appareil(s) intelligent(s), les solutions audiovisuelles (téléviseurs, enceintes audio…) étant les dispositifs les plus populaires devant les systèmes d’alarme, les thermostats et éléments d’éclairage connectés.

Si les Belges se laissent séduire par le concept de maison connectée, c’est dans deux tiers des cas pour des raisons de confort et facilité. En effet, quoi de plus simple et pratique que de pouvoir par exemple piloter ses volets et son éclairage à l’aide d’une application, surveiller son habitation à distance ou encore allumer le chauffage alors qu’on est en route vers la maison. D’autres arguments jouent aussi en faveur des objets connectés, mais dans une moindre mesure. C’est le cas des économies d’énergie et de la facilité offerte par les mises à jour continues qui sont citées par 18 % des répondants de l’étude iVOX.

Les solutions connectées ont ainsi tendance à être moins considérées comme des gadgets que comme de véritables outils, sans doute en raison de la multiplication des possibilités proposées et de leurs évolutions. Outre les performances pures et l’ergonomie, les fabricants travaillent en effet de plus en plus dans une optique de cohérence et de collaboration entre les différentes solutions connectées qui existent. Somfy, qui propose à la fois une box, une application et différents produits connectés (volets, stores, portails…), collabore par exemple avec différents partenaires et a veillé à ouvrir ses systèmes afin que divers développeurs puissent gérer ses produits au départ de leurs propres applications.

« Au final, ce que l’on désire obtenir, c’est une situation dans laquelle les produits peuvent communiquer entre eux, explique-t-on chez Somfy. C’est là toute la différence entre outils et maison connectés. Dans le premier cas, l’objet – un thermostat par exemple – est pilotable à distance mais il travaille seul. Dans le contexte d’une maison connectée, les différents dispositifs peuvent à la fois être commandés au moyen d’une application et/ou communiquer entre eux, notamment via un service web comme IFTTT ou une enceinte connectée comme Alexa d’Amazon ou encore Google Home – comme c’est le cas des produits Somfy. »

Coût modulable

Cette approche globale – celle de la maison connectée – implique plus de facilité pour l’utilisateur puisqu’il peut piloter les différents postes connectés de son habitation à l’aide d’une seule interface. Dans certains cas, il est même possible de créer de véritables scénarios : des volets qui s’ouvrent et un chauffage qui s’allume au moment du réveil, une alarme qui se met en route et des lumières qui s’éteignent lors du départ au travail, etc. Ces combinaisons sont non seulement rendues possibles grâce à la communication entre les objets, mais aussi grâce à la multiplication des produits connectés. Outre les traditionnels systèmes d’alarme et de chauffage, la dimension intelligente s’étend aussi à l’éclairage, aux volets, aux portes et portails d’entrée ou encore aux électroménagers en tous genres.

Presque chacun peut donc désormais trouver l’objet ou la solution qui répond à ses besoins, mais il reste néanmoins quelques freins importants à la maison connectée, notamment au niveau des mentalités. Près de la moitié des personnes interrogées par iVOX qui n’ont pas recours à ces équipements évoquent par exemple le fait qu’elles ne se justifient pas pour leur domicile. Certains estiment aussi ces systèmes trop complexes, ou simplement trop coûteux. Cet argument est toutefois à mettre en balance avec les économies (notamment d’énergie) pouvant être générées par les objets connectés. Beaucoup de ceux-ci permettent en effet d’analyser et/ou de contrôler ses consommations pour mieux les rationaliser, et donc réaliser des économies.

Et puis l’investissement total varie très fort selon le nombre et le type de produits choisis. Chez Somfy, on précise ainsi que « le système est modulaire, donc il est possible de démarrer modestement et de procéder par extension. Le coût de base est de quelques centaines d’euros et le consommateur peut installer lui-même de nombreux produits.  » C’est aussi le cas pour la plupart des fabricants.

Enfin, parmi les réserves qui subsistent encore face aux smart homes figure aussi la question de la sécurité des données circulant entre les différents éléments connectés. La dimension intelligente d’une habitation expose en effet à de nouveaux risques comme le piratage, qui peut par exemple permettre à des personnes mal intentionnées d’accéder à des images de vidéosurveillance, de piloter à distance des éléments comme une serrure connectée ou encore de récolter des informations confidentielles. Les utilisateurs peuvent eux-mêmes se protéger face à ces attaques, notamment en modifiant les mots de passe par défaut de leurs appareils ou en sécurisant leur réseau wifi avec, entre autres, un réseau distinct pour les visiteurs. Il est aussi conseillé de pratiquer des mises à jour régulières des différents systèmes et de se renseigner sur les éventuelles certifications des produits connectés en matière de sécurité. Certains fabricants sont en effet plus actifs que d’autres dans ce domaine mais, même si le projet a été évoqué, il n’existe pas encore de label européen garantissant la sécurité des objets connectés.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière