Accueil Monde Europe

Le gouvernement espagnol légalise un syndicat de travailleuses du sexe par erreur

Le ministère du Travail, Migrations et Sécurité Sociale espagnol a accepté la création du syndicat et l’a annoncé dans le Bulletin Officiel de l’État du 4 août. Après le scandale qui s’est créé, le ministère a reconnu qu’il y a eu une erreur.

Temps de lecture: 2 min

Le syndicat « Organisation des Travailleuses Sexuelles » aussi nommé OTRAS (autres) est une organisation qui siège à Barcelone et qui a été reconnue officiellement par l’État espagnol. Le syndicat a été accepté en tant que tel le 31 juillet dernier et son officialisation s’est faite publique dans une communication officielle de l’Etat parue le 04 août dernier. La création de ce syndicat suppose la reconnaissance de la prostitution en tant que métier officiel. Après que des journaux aient publié cette info, le gouvernement dirigé par Pedro Sánchez a reçu de nombreuses critiques et a reconnu quelques heures après que l’officialisation du syndicat s’est faite « par erreur ».

La ministre reconnaît l’erreur

Les réactions à l’officialisation de ce syndicat ne se sont pas fait attendre et une des premières à réagir a été Susana Díaz, présidente socialiste de l’Andalousie. Selon elle, ce syndicat devrait être interdit immédiatement puisqu’il va « à l’encontre de l’idéologie féministe du Parti Socialiste ». Quelques heures après la publication de l’information dans la plupart des journaux du pays, la ministre du travail Magdalena Valerio s’est dirigée à la presse pour expliquer la situation. « Je ne sais pas comment on a pu faire cette erreur, mais nous allons annuler la légalisation de ce syndicat » a-t-elle dit. Elle a reconnu être très surprise quand elle a reçu l’information et une enquête sera réalisée pour comprendre ce qui s’est passé.

Qui est derrière ce syndicat ?

La demande de création de ce syndicat a été introduite par un groupe de 6 hommes et femmes. D’après les premières informations publiées, un des signataires est actionnaire d’Aprosex, une association de professionnelles du sexe. Parmi ses activités, l’association offre des cours de pratiques sexuelles pour les débutantes et lutte pour « défendre les droits des prostituées et la normalisation de leur métier ». Le syndicat dit vouloir aider à la consécration des droits du travail des travailleuses du sexe ainsi qu’à « l’amélioration des conditions de travail de celles-ci ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une