Attaque au couteau à Amsterdam: deux blessés graves, la piste terroriste n’est «pas exclue»

Attaque au couteau à Amsterdam: deux blessés graves, la piste terroriste n’est «pas exclue»

Deux personnes ont été grièvement blessées vendredi dans une attaque au couteau à la gare centrale d’Amsterdam et l’assaillant présumé, dont les motivations restent inconnues, a été blessé par balle, a annoncé la police néerlandaise qui n’exclut pas la piste terroriste.

« Vers 12H10 (locales), dans le tunnel ouest de la gare centrale, un homme a poignardé deux personnes et juste après a été blessé par balles par la police », a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police d’Amsterdam Rob van der Veen.

Les deux victimes, dont l’identité n’est pas connue, « sont très gravement blessées et ont été emmenées à l’hôpital », a-t-il précisé. Leur agresseur présumé « est également blessé mais ses jours ne sont pas en danger », a-t-il ajouté.

« Nous ne connaissons pas encore les motivations du suspect », a-t-il indiqué, soulignant que la police « envisage tous les scénarios, y compris le pire… celui du terrorisme ».

La zone où s’est produite l’agression reste fermée et des experts de la police scientifique y travaillent. Un service spécial de la police a aussi ouvert une enquête de routine sur les raisons pour lesquelles les policiers ont ouvert le feu.

Un témoin a vu un jeune homme « s’écrouler » dans son échoppe de fleuriste, la main en sang.

« Peu après, j’ai entendu des coups de feu et j’ai compris qu’il s’était produit quelque chose de grave », a déclaré Richard Snelders à l’agence de presse néerlandaise ANP.

Un peu plus tard, il a dit avoir aperçu un autre homme allongé sur le sol près de là.

« Grande panique »

« La première chose qui vous vient à l’esprit, c’est que c’est un attentat terroriste. Après tout, vous êtes dans la gare centrale d’Amsterdam », a-t-il ajouté. « Il y avait une grande panique ».

La police, arrivée rapidement sur les lieux, a ordonné en anglais à un homme de « rester à terre » après lui avoir tiré dessus, selon le témoin. « Tout s’est passé très vite ».

Un autre témoin a déclaré à la chaîne de télévision locale AT que l’assaillant était un homme d’une trentaine d’années.

La police a bouclé une zone à l’intérieur de la gare peu après l’incident, rassemblant une foule de personnes à l’extérieur, a constaté un journaliste de l’AFP sur place. « Un grand nombre de policiers sont encore présents », a-t-il ajouté.

Les autorités ont précisé que la gare avait été brièvement fermée et non évacuée. Deux quais ont été temporairement fermés mais ont ensuite été rouverts. L’évacuation totale de la gare « n’a pas été envisagée », a souligné la police. Le trafic des trams au départ de la gare a cependant été interrompu.

Environ 250.000 personnes se rendent chaque jour dans cette gare très fréquentée de la capitale néerlandaise, selon les statistiques fournies par le guide de voyage Amsterdam.info. La gare se trouve dans le centre historique de la ville entouré de canaux.

Plusieurs attaques à l’arme blanche ont été perpétrées en Europe ces dernières années mais les Pays-Bas, limitrophes ou proches de certains pays touchés (France, Belgique, Allemagne) avaient été jusqu’ici épargnés.

La dernière attaque en date a fait deux morts et un blessé grave le 23 août à Trappes dans la banlieue parisienne. Le groupe jihadiste État islamique (EI) avait revendiqué cette attaque mais les autorités françaises ont estimé que le caractère terroriste de l’attaque n’était pas confirmé à ce stade.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite