Accueil Belgique Politique

Gouvernement fédéral: les suédois flamands se toisent

Olivier Chastel et son MR optent clairement pour la reconduction de la suédoise en 2019. Les trois partenaires flamands, N-VA, VLD et CD&V, sont partants au fond mais… concurrents électoralement. Au milieu, le CD&V garde sa part de mystère…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Olivier Chastel – et Charles Michel – veut très fort une suédoise bis, le président du MR a joué cartes sur table dans son interview au Soir vendredi. Leurs partenaires au fédéral ne le démentiront pas alors que la législature est en cours et qu’ils auront à cœur de défendre le bilan gouvernemental durant la campagne. Les mêmes restent prudents cependant. Chacun calibre son positionnement. On y verra plus clair après les communales du 14 octobre, qui établiront les rapports de force entre les partis avant mai 2019. Sans oublier que les trois partenaires du MR sont flamands – VLD, CD&V, N-VA –, concurrents au nord, donc ne s’épargnent pas.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, samedi 1 septembre 2018, 14:20

    De plus, les auto-satisfecsits du MR font peine à voir. On est toujours loin de l'équilibre budgétaire, d'autant plus loin que la majorité s'escrime à déguiser le formidable déficit du tax-shift (la bombe explosera dès le budget 2020), un tax-shift qui a surtout profiter aux plus riches et qui n'est pas financer, ce qui veut dire que les classes modestes et moyennes vont encore devoir ouvrir leur portefeuilles pour financer les largesses aux copains friqués de Lasne, Waterloo et Embourg. Une majorité qui n'a pas créer plus d'emploi qu'ailleurs en Europe chez nos voisins, comparativement même moins, et qui fait une politique de Robin des bois à l'envers. Encore un petit effort, y compris en Flandre où une partie des électeurs semble tentés par Groen, et on en aura fini avec le libéral-national-cynisme de Michel!

  • Posté par Lucas Danièle, samedi 1 septembre 2018, 16:24

    Puissiez-vous être entendu!

  • Posté par Deckers Björn, samedi 1 septembre 2018, 14:14

    Selon les derniers sondages, même avec les larves traîtres du Cdh, la suédoise ne disposerait que de 75 sièges (soit juste trop peu puisqu'il faut au minimum 75 sièges + 1) pour un gouvernement dès lors très fragile. Sans les larves de Lutgen, ils ne disposeraient plus que de 70 sièges. Il s'en faut donc de peu qu'on puisse envoyer cette majorité anti-sociale et anti-wallonne à la casse! Il n'est qu'un moyen de cesser de subir le diktat flamand en 2019, étant donné l'attitude collaborationiste du MR, c'est de boycotter nettement ce parti. Les libéraux francophones ont le choix du parti Défi, seul vrai porteur du projet de "libéralisme social" de Louis Michel et Richard Miller. Ils peuvent donc voter la tête haute, Libéral (un libéralisme qui n'est pas une droite raciste) ET francophone!

  • Posté par Gerbehaye Hubert, samedi 1 septembre 2018, 11:39

    pour accueillir la NVA soit 32% des Néerlandophone on a rejeté 75% des Francophones....merci Monsieur Michel....le pouvoir est à ce prix at peut importe que vous ayez dit et répéter...jamais avec la NVA!! Mais au fait....qui va payer le tax shift ?

  • Posté par Serge Lambotte, samedi 1 septembre 2018, 11:13

    Augmentation du pouvoir d'achat? peut-être chez les pharmaciens et les politiciens,mais pas chez moi.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs