Accueil Sports Football

Jean-Marc Bosman: «Tout le monde est passé à la caisse, sauf moi»

Le 15 décembre 1995, Jean-Marc Bosman et ses avocats réalisaient l’impensable : faire tomber l’UEFA et l’Union belge à Luxembourg. Excommunié, le Liégeois a surtout été oublié par ses pairs. Jusqu’à sombrer : alcool, CPAS et condamnation pour coups et blessures. La Fifpro va peut-être lui lancer une ultime bouée de sauvetage.

Article réservé aux abonnés
Chef de service adjoint Sports et chef de la cellule foot Temps de lecture: 10 min

Une rue en cul-de-sac, sans histoire ni passage, quelque part dans le dévers de Cointe qui plonge tout droit vers la Meuse. Et au milieu, une maison de rangée. A l’étage, la silhouette d’un fumeur qui tue l’ennui. Jean-Marc Bosman nous aperçoit et descend quatre à quatre les marches que, jadis, il empruntait pour prendre ses quartiers dans le garage que ses parents lui avaient aménagé en chambre de fortune au début des années 90, lorsque son combat juridique lui avait ponctionné jusqu’au dernier franc. Aujourd’hui, c’est un débarras où l’ancien footballeur et ses deux sœurs aînées, entreposent le trop-plein de leur propre appartement ou maison. Angelina, la maman, toujours bon pied bon œil à 85 ans, veille sur son petit monde, qui va et qui vient sous ce qui reste toujours un peu le toit familial.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs