Accueil Opinions Éditos

Quand l’Europe est en mal de projet populaire

L’éditorial de Jurek Kuczkiewicz.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 2 min

La rentrée européenne annonce une année que la concomitance de crises à surmonter rend plus périlleuse que jamais. (Pour rappel : Brexit, politique migratoire, crise transatlantique, activisme hostile russe, élections européennes où l'on redoute l’émergence d’un front populiste plus fort que jamais...) Tout cela dans une Union secouée par des gouvernements « disruptifs » en Hongrie, Pologne, Italie, voire Autriche, et à l’ombre d’une économie hésitant éternellement entre croissance molle et stagnation.

À l’aune de cette « polycrise », la décision de la Commission européenne de proposer prochainement la suppression du changement d’heure, prise et annoncée dans une certaine précipitation lors de sa retraite annuelle à Genval, peut paraître quelque peu dérisoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Lange Daniel, dimanche 2 septembre 2018, 8:12

    Le terrorisme islamiste a massacré des centaines de personnes aux 4 coins de l'Europe mais pour notre analyste le problème c'est"l'activisme hostile russe". Si hostilité il y a, elle vient clairement d'une certaine élite économique et intellectuelle qui nous dirige et dont l'Europe de maintenant est clairement l'instrument.

  • Posté par Bachelart Bernard, samedi 1 septembre 2018, 18:03

    L'"activisme hostile russe" est cité par le journaliste mais aucunement le terrorisme islamiste. On voit très clairement que pour lui l'Europe n'est qu'un outil au service de l'Otan.

  • Posté par Naeije Robert, samedi 1 septembre 2018, 9:52

    Quel projet populaire? Est-ce que l'UE ne souffre pas surtout d'un interventionisme bureaucratique dans la vie des états, des communautés et des personnes? Un marché commun était une bonne idée, fructueuse en générant de la croissance économique, du bien être et - la paix entre états qui de façon récurrente se déclaraient en guerre. C'est établi. Le reste est une énorme dérive coûteuse et génératrice de frustrations et de résurgence de partis nationalistes.

  • Posté par Serge Vandeput, samedi 1 septembre 2018, 10:12

    Une institution qui nous coûte des milliards va prendre trois ans pour décider du changement de l'heure?

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs