Di Rupo pour une coalition PS, Ecolo et Défi

©Sylvain PIraux / Le Soir
©Sylvain PIraux / Le Soir

Ce que veut Elio Di Rupo, c’est changer de gouvernement fédéral. Pour le président du Parti socialiste, « c’est urgent » car, dit-il « La pauvreté est en train de se développer d’une manière vertigineuse. » Et pour cela, le PS se sent en capacité de rassembler autour de lui une « coalition progressiste » . Dans celle-ci, Elio Di Rupo inclut Ecolo et Défi, « à Bruxelles et en Wallonie » . Et de poursuivre  : « Si on réussit à faire ce pôle de progrès, il se présentera au fédéral aussi. Commençons par y voir clair au niveau des francophones et nous aurons tout le temps de discuter avec nos collègues flamands. »

On n’y trouve en revanche trace ni du PTB, ni du CDH. « Le CDH, je dois vraiment expliquer pourquoi ? », questionne le président socialiste, avant de préciser  : « Je ne suis pas en train de mettre des exclusives, mais le CDH répète à l’envi qu’il veut poursuivre l’expérience désastreuse à la Région wallonne. »

Concernant le PTB, la justification apportée est que « le PTB n’est malheureusement pas une solution. Tout un temps, Raoul Hedebouw a dit :“ pas de participation gouvernementale”, puis il se rend compte que ce n’est pas bon notamment à l’égard des syndicats, alors il dit “oui mais, oui mais…”  » Une situation dont Elio Di Rupo tire la conclusion suivante  : « Ça veut dire que les voix sont perdues. Toutes celles et ceux qui voteront pour le PTB voteront indirectement pour la reconduction de la coalition MR-N-VA. »

Le président du PS se défend toutefois d’avoir entamé des négociations  : « Je n’en suis pas à ce stade. La parole est aux citoyens. On verra en fonction des résultats. »

►Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec Elio Di Rupo sur Le Soir+.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce luni.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite