Crise en Catalogne: le Premier ministre espagnol promet aux Catalans un référendum sur plus d’autonomie

Dans cet article
Edition numérique des abonnés

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a promis lundi aux Catalans un référendum sur un nouveau statut de leur région pour qu’ils obtiennent plus d’autonomie. Il a cependant écarté une fois de plus l’hypothèse d’un vote sur l’indépendance réclamé par les séparatistes.

Le socialiste, qui a entamé depuis son arrivée au pouvoir le 1er juin un dialogue avec le président indépendantiste catalan Quim Torra, a assuré à la radio que ce dialogue devait déboucher sur «un vote (...) pour un renforcement de l’autonomie de la Catalogne».

«C’est un référendum pour l’autonomie, pas pour l’autodétermination», a précisé Pedro Sanchez sur la radio Cadena SER, sans avancer de date pour ce vote. Les séparatistes, au pouvoir en Catalogne, réclament un référendum sur l’autodétermination; ce que Pedro Sanchez rejette catégoriquement.

Le précédent statut de la Catalogne accordait à la région de 7,5 millions d’habitants une large autonomie et le titre de «nation». Il avait été adopté en 2006 par les Catalans avec 73% des suffrages, sous le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero. Ce statut avait ensuite été annulé en partie en 2010 par la Cour constitutionnelle, ce qui avait déclenché une montée de l’indépendantisme.

«La Catalogne a actuellement un statut qu’elle n’a pas voté, donc il y a un problème politique», a souligné Pedro Sanchez.

Le gouvernement sécessionniste réclame également à M. Sanchez un geste en faveur des leaders indépendantistes placés en détention après l’organisation, le 1er octobre 2017, d’un référendum d’autodétermination interdit par le pouvoir central. Le Premier ministre socialiste a néanmoins rejeté toute intervention de sa part auprès du ministère public pour que ce dernier abandonne les accusations de «sédition» et «rébellion» qui les vise, rapportent les médias espagnols.

Depuis l’automne 2017, la Catalogne se trouve au cœur d’une grave crise politique qui oppose les partisans de l’indépendance aux défenseurs de l’unité de pays.

Chastel répond à Di Rupo: «L’électeur francophone est maintenant face à un choix très clair»

©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir
©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

Interrogé dans « Le Soir » ce lundi de rentrée, le président du PS, Elio Di Rupo, a dit sa préférence pour des alliances avec Défi et les écologistes, qu’il présente comme des coalitions progressistes. Il y voit la seule façon d’éviter un gouvernement Michel II, réunissant les libéraux, la N-VA et les chrétiens-démocrates.

Le président des socialistes francophones répondait de la sorte à son homologue du MR, Olivier Chastel, qui s’est prononcé, dans « Le Soir », vendredi en faveur d’une reconduction des alliances en place en Wallonie (MR-CDH) et à l’échelon fédéral (MR, N-VA, Open Vld, CD&V).

«  Elio Di Rupo confirme l’analyse faite par le Mouvement Réformateur depuis l’été 2017 », constate Olivier Chastel, le président du MR. «  En effet, l’électeur francophone a maintenant le choix entre deux offres clairement identifiées. La première, de centre-droit est une coalition ambitieuse, réformatrice, ouverte au changement. La seconde, clairement marquée à gauche, réunit le Parti Socialiste, Ecolo et Défi. Elio Di Rupo officialise donc la création d’un nouveau Pôle des gauches, qui était déjà visible lorsque, l’été dernier, Olivier Maingain a préféré rester scotché au Parti Socialiste à Bruxelles plutôt que de tenter de donner un nouveau souffle à une Région fragilisée », poursuit le président du MR.

Pour Olivier Chastel, l’axe libéral est le seul capable de relever les défis auxquels notre pays fait face en matière de politique socio-économique, de sécurité, d’immigration ou de climat. « Si les électeurs nous en donnent la possibilité, nous continuerons donc à réformer notre pays au sein d’une coalition de centre-droit  », conclut le président du MR

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. CLIMATE STUDENTS PROTEST ACTION THURSDAY

    A l’école ou dans la rue, le climat n’a pas d’âge

  2. Si Olivier Chastel est plus prudent, Charles Michel laisse entrevoir une potentielle coalition MR-Ecolo-CDH.

    Charles Michel charge «l’axe du shutdown N-VA-PS» et esquisse la «namuroise»

  3. 140119_SES1261

    Michel Preud’homme fête son 60e anniversaire: «Je commence à payer le prix de ma carrière»

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite

  • Le retour de la mythique «armée européenne»

    La signature du nouveau traité d’amitié franco-allemand, mardi, dans l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle sous la figure tutélaire de Charlemagne, a fait une nouvelle fois remonter à la surface le thème de l’« armée européenne ». C’est « une contribution à la création d’une armée européenne », a dit la chancelière Merkel. « Construisons une vraie armée européenne », a exhorté le président Macron.

    Le « couple » est récidiviste. Le président de la...

    Lire la suite