Accueil Économie Mobilité

Le vol de câbles, un fléau qui entraîne 70 minutes de retard par jour sur le rail

La police des chemins de fer s’est engagée à refaire de la lutte contre ce type de criminalité sa priorité numéro un. Cette année, les vols de câbles ont déjà entraîné près de 17.000 minutes de retards cumulées sur le rail belge.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

La tension était en train de solidement grimper au sein d’Infrabel ces derniers mois, alors que le gestionnaire du réseau ferroviaire belge fait face à une nette recrudescence des faits de vols de câbles de cuivre le long des voies. Si ce type de criminalité avait connu un reflux progressif depuis 2013 et la mise en place d’un plan d’action national (passant de 1.362 vols répertoriés en 2012 à 104 en 2017), les agissements de ce qu’Infrabel soupçonne être une même bande organisée a fait repartir ces chiffres à la hausse. « Le pic anormal que nous avons constaté en mai-juin s’est confirmé en juillet-août, explique Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel. Sur plus d’une centaine de vols déjà recensés, nous pensons qu’une soixantaine est attribuable aux mêmes auteurs ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Roland MARTIN, mardi 4 septembre 2018, 8:45

    Ces vols sont ils d'actualité en Allemagne et aux Pays Bas ? Si non, comment font ces pays pour se prémunir de ce fléau ?

  • Posté par Bachelart Bernard, lundi 3 septembre 2018, 18:49

    Lorsque les voleurs de cuivre sortent de prison, ils recommencent rapidement car ce sont généralement des personnes qui ne connaissent aucune des langues demandées par les employeurs en Belgique et que les seules connaissances qu'ils aient est celle des personne participant à ce trafic. Il est évident que faute de pouvoir les expulser (la libre circulation des travailleurs en Europe), le seul levier est l'action auprès des ferrailleurs indiquée dans l'article. Mais faute d'étendre ce principe aux pays voisins, il sera vite contourné.

  • Posté par Lambert Denise, lundi 3 septembre 2018, 18:12

    N'y a-t-il pas moyen en parallèle de s'accorder avec les autres pays européens ? (Allemagne et Pays-bas mais aussi plus largement Europe... les élections approchent. L'Europe peut servir à harmoniser certaines règles que je sache

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs