Accueil Société

Après les drames, la colère sociale gronde dans la police

Les délégués syndicaux de la police ont rendez-vous avec leur ministre. Les sujets de discorde ne manquent pas. Une possible réforme de l’attribution des sanctions envers les policiers fait l’unanimité contre elle.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Ils bouillonnent. Passé le chagrin d’avoir perdu – déjà ! – trois des leurs cette année dans l’exercice de leur mission, les policiers, via leurs représentants syndicaux, ne cachent pas leur colère. Dans une carte blanche publiée ce mardi sur le site du Soir, Eddy Quaino (CGSP Admi), ne cache plus son courroux : « Il est évidemment de bon ton pour le ministre de l’Intérieur, lors de tragiques événements tels ceux vécus à Liège ou à Spa, de remercier les policiers pour le travail effectué au quotidien dans des conditions souvent bien difficiles. Mais il lui est plus difficile d’engager les mesures nécessaires afin de permettre à ces mêmes policiers de travailler dans des conditions optimales de sécurité et de bien-être. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Michel Raurif, mardi 4 septembre 2018, 16:15

    Si l'ensemble de la presse était un peu (beaucoup) plus objective en vers le police, cela ne pourrait qu' être un mieux. Trop souvent la presse condamne la police sans rien savoir ! Que de choses ont été dites concernant la course poursuite sur l'autoroute, la culpabilité de l'inspecteur et la mort de cette fillette. J'ai connu un temps ou dans Le Soir, la police était toujours coupable.Je dois dire que cela a changé.

  • Posté par Linard Bernard, mardi 4 septembre 2018, 12:10

    Exercice difficile de commenter les raisons de la colère des policiers. J'en retiens une, les mesures disciplinaires. Si le problème est mis sur la table c'est interpellant. A mon avis, un soucis existe à ce niveau et il faut trouver des solutions. Le policier n'a pas un mandat pour s'approprier la justice. Il y a des règles à respecter qui ne le sont pas toujours....

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 4 septembre 2018, 9:52

    C'est la rentrée à la police aussi, écoutons ce qu'ils ont à nous dire dans ces moment difficiles pour eux mais aussi pour nous, les premiers bénéficiaires de leurs services.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs