Incendie du Musée national de Rio: comment les musées bruxellois se protègent du feu

Le Musée national de Rio de Janeiro, au Brésil, ravagé par les flammes © AFP
Le Musée national de Rio de Janeiro, au Brésil, ravagé par les flammes © AFP

La prévention des incendies fait partie des priorités des musées bruxellois, assurent lundi les principales institutions culturelles de la capitale. Celles-ci sont également bien équipées pour lutter contre le feu, estiment-elles alors que le Musée national de Rio de Janeiro, au Brésil, a été ravagé par les flammes dans la nuit de dimanche, ce qui a causé selon le président du pays la perte de « deux cents ans de travail, de recherche et de connaissance ».

Au Palais des Beaux-Arts (Bozar), les dispositifs de détection du feu ainsi que les extincteurs sont vérifiés tous les ans, explique-t-on. Un plan d’évacuation des œuvres a également été mis en place pour acheminer celles-ci, le cas échéant, vers un dépôt climatisé. Des équipes de sécurité sont présentes 24 heures sur 24.

Au Musée Art &Histoire, qui contient des matériaux hautement inflammables comme du textile, du bois ou encore des momies, chaque nouvelle installation (cloisons, vitrines, portes, etc.) est ignifugée afin de ralentir la propagation d’un éventuel incendie. Un réseau de caméra couvre l’ensemble du musée et deux concierges restent sur place la nuit. Un nombre insuffisant par rapport à la taille du musée (près de 7 hectares), mais « nous n’avons pas les moyens financiers d’en embaucher d’autres », concède la responsable de la communication.

Au Musée royal de l’Armée et de l’Histoire militaire, les dispositifs de détection automatique datent d’il y a 15 ans, mais ils seront renouvelés en 2019. Chez le voisin, Autoworld, un audit a été réalisé pour améliorer la prévention des incendies. D’après l’institution, les normes de sécurité sont respectées (il y avait même « trop d’extincteurs ») et le personnel a suivi une formation « premiers feux ».

À l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, les 38 millions de spécimens exposés sont séparés des bureaux par des portes coupe-feu. L’accent est mis sur la prévention car il serait impossible d’évacuer toutes les collections en quelques heures. Des lances d’incendie sont présentes partout mais aucun extincteur automatique car «  les plus gros dégâts en cas d’incendie sont souvent dus à l’eau plus qu’au feu », précise Patrick Semal, directeur du Patrimoine.

Au Musée du Tram, la surveillance est assurée car le bâtiment adjacent est un dépôt de la Stib qui reste ouvert de jour comme de nuit : il y a toujours quelqu’un sur place et les extincteurs sont partout, indique un responsable.

Aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, qui comprennent notamment le Musée Magritte, l’espace est « compartimenté » avec des dispositifs de protection comme des portes coupe-feu, des appareils d’extinction automatiques et des détecteurs optiques qui peuvent repérer les départs de feu. Des équipes restent également présentes en permanence car la « prévention humaine reste la plus fiable », rapporte le responsable des infrastructures du musée.

Selon la même source, le dernier incident en date dans un musée belge est celui survenu au Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers en août 2013 quand un départ de feu avait été signalé sur le toit du bâtiment. La situation avait rapidement été maîtrisée sans qu’aucune oeuvre ne soit endommagée.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite