Accueil Belgique

Les raisons de la colère policière

Cinq points agacent particulièrement les organisations syndicales policières. Au menu : réforme des instances disciplinaires, congé pour maladie, salaires, pénurie et pensions.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

1.

Discipline : tout pouvoir au chef de corps ?

Voilà la principale pierre d’achoppement entre la police et son ministre de tutelle. Celle que le débat en comité de concertation avec les organisations syndicales devra désamorcer, sous peine d’une réaction costaude du personnel. Il s’agit d’une réforme du statut disciplinaire du policier.

Aujourd’hui, en cas de faute « légère », le chef de corps était compétent pour décider et appliquer une sanction. Mais en cas de faute plus grave, des commissions disciplinaires supérieures prenaient le relais. A l’image du Conseil de police, où siègent notamment les bourgmestres. Cette organisation sauterait demain, et tous les pouvoirs disciplinaires tomberaient entre les mains du chef de corps.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs