Les policiers envisagent des actions de protestation pour exiger de meilleures conditions de travail

©Belga
©Belga

Quand un policier tombe, comme cela a déjà été le cas à trois reprises depuis le début de l’année, « il est évidemment de bon ton pour le ministre de l’Intérieur de remercier les policiers pour le travail effectué au quotidien dans des conditions souvent bien difficiles, mais il lui est plus difficile d’engager les mesures nécessaires afin de permettre à ces mêmes policiers de travailler dans des conditions optimales de sécurité et de bien-être ». Dans une carte blanche publiée sur « Le Soir », Eddy Quaino, permanent syndical (CGSP Admi), donne le ton de la réunion de mercredi 12 au cours de laquelle les représentants des policiers rencontreront le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA) pour lui faire part de leurs griefs.

Une réforme trop floue

Les sujets qui fâchent sont nombreux : pensions, congés pour maladie, manque de personnel... Surtout : une réforme du statut disciplinaire du policier, aux contours encore flous, qui est pour l’instant rejetée par tous les syndicats du secteur.

Si le gouvernement ne mettait pas de l’eau dans son vin, des actions de protestation (la possibilité de semaines sans infliger d’amendes) seront envisagées. « Très clairement », selon le Syndicat national du personnel de police et de sécurité (SNPS) ; « C’est la prochaine étape », prévient la CSC. Au syndicat libéral (SLFP), « on attend de voir de quel bois se chauffe le ministre ».

A lire sur Le Soir+: les détails des sujets qui fâchent les policiers et la carte blanche d’Eddy Quaino

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce luni.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite