Accueil Économie

Commentaire: Motus et bouche cousue

Max Jadot, à la tête depuis 2011 de BNP Paribas Fortis, première banque belge, ne dira pas un mot sur le dixième funeste anniversaire de l’effondrement du système financier mondial. Sur tout le chemin parcouru depuis par la banque qu’il dirige, désormais française, non plus.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Je n’évoquerai pas la crise. Ce n’est pas mon rôle. Je suis le CEO d’une banque que je dirige de manière responsable. En 2008, je n’étais pas là ». Max Jadot, à la tête depuis 2011 de BNP Paribas Fortis, première banque belge, ne dira pas un mot sur le dixième funeste anniversaire de l’effondrement du système financier mondial. Sur tout le chemin parcouru depuis par la banque qu’il dirige, désormais française, non plus. Des questions sur la thématique, on en avait pourtant à la pelle : « Votre regard une décennie plus tard sur le monde de la finance ? », « Fortis a-t-elle finalement sauvé BNP Paribas ? »… De quoi frustrer tout(e) journaliste à quelques jours de la date butoir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs