«Je suis l’Hemingway des 140 caractères»: ce que dit «Fear», le livre choc sur Donald Trump

© Reuters
© Reuters

Le livre du journaliste d’investigation Bob Woodward sur Donald Trump dresse le portrait d’un président inculte, colérique et paranoïaque que ses collaborateurs s’efforcent de contrôler pour éviter les pires dérapages. Près de 450 pages d’anecdotes et de confidences accablantes. Un livre qui sortira le 11 septembre aux États-Unis.

Si plusieurs ouvrages peu flatteurs pour le 45e président des États-Unis ont déjà été publiés, le sérieux et la réputation de Woodward, célèbre à travers le monde pour avoir révélé, avec Carl Bernstein, le scandale du Watergate qui a contraint Richard Nixon à la démission, donnent à celui-ci un écho particulier.

Woodward a tenté de contacter Trump en vain

L’auteur affirme avoir cherché, sans succès, à interroger M. Trump pour ce livre. Il précise que le locataire de la Maison Blanche l’a appelé mi-août, alors que le manuscrit était terminé.

Le Washington Post publie l’enregistrement de la conversation entre les deux hommes, au cours de laquelle M. Trump affirme que personne ne lui a fait passer le message du journaliste et assure qu’il aurait « adoré lui parler ».

« Vous savez que je fais un travail extraordinaire pour le pays (…) Vous comprenez tout ça ? Enfin j’espère », lance-t-il au milieu de cet étonnant dialogue où il donne, par moments, l’impression d’être résigné.

Que dit le livre ?

Les extraits publiés par plusieurs médias américains renvoient l’image -déjà décrite par d’autres- d’une Maison Blanche dysfonctionnelle dont les acteurs n’ont que peu d’estime pour l’occupant du Bureau ovale.

« Un élève de CM2 ou de 6e »

À l’issue d’une rencontre entre M. Trump et son équipe de sécurité nationale à propos de la présence militaire sur la péninsule coréenne, le ministre de la Défense, Jim Mattis, particulièrement exaspéré, aurait dit à des proches que le président se comportait comme un « élève de CM2 ou de 6e » (10 à 11 ans, NDLR).

Bachar al-Assad, « tuons-le »

Toujours selon les éléments rassemblés par Bob Woodward, après l’attaque chimique d’avril 2017 attribuée au régime de Bachar al-Assad, M. Trump aurait appelé le général Mattis et lui aurait dit qu’il souhaitait assassiner le président syrien.

« Tuons-le bordel ! Allons-y ! On leur rentre dedans et on les bute », aurait-il déclaré. Après avoir raccroché, M. Mattis se serait tourné vers un conseiller et lui urait dit : « Nous n’allons rien faire de tout cela. Nous allons être beaucoup plus mesurés ».

Dans un texte diffusé dans la soirée, M. Mattis n’a pas contesté cet épisode en particulier. Mais il a affirmé n’avoir jamais prononcé « les mots méprisants » qui lui sont attribués à l’encontre du président, déplorant le recours aux sources anonymes qui affaiblit la crédibilité de ces écrits.

« Un idiot »

Le livre, qui doit prochainement être traduit en français, décrit aussi longuement la frustration récurrente du secrétaire général de la Maison Blanche, John Kelly, qui est traditionnellement l’homme le plus proche du président au sein de la « West Wing ».

Lors d’une réunion en petit comité, il aurait ainsi affirmé, à propos de Donald Trump : « C’est un idiot. C’est inutile d’essayer de le convaincre de quoi que ce soit. Il a complètement déraillé. On est chez les fous. Je ne sais même pas ce que nous faisons là ».

Dans une brève réaction, M. Kelly a assuré n’avoir jamais qualifié le président d’idiot et réaffirmé son engagement à ses côtés.

Des subterfuges

Bob Woodward relate par le menu les subterfuges utilisés par l’entourage du président de la première puissance mondiale pour éviter qu’il ne prenne des décisions à l’emporte-pièce.

Selon l’ouvrage explosif, son ancien conseiller économique Gary Cohn a ainsi « volé une lettre qui se trouvait sur le bureau de Trump » que le président avait l’intention de signer et qui visait à officiellement retirer les États-Unis d’un accord commercial avec la Corée du Sud.

M. Cohn a ensuite expliqué à un proche qu’il l’avait fait au nom de la sécurité nationale et que le magnat de l’immobilier n’avait jamais remarqué qu’elle était manquante.

« Hemingway des 140 caractères »

Autre sujet incontournable lorsque l’on se penche sur la présidence Trump : les tweets.

« C’est une bonne chose, mais c’est un peu dommage parce que j’étais l’Ernest Hemingway des 140 caractères », aurait déclaré M. Trump à un conseiller lorsque le réseau social a fait passer sa limite de 140 à 280 caractères.

Invalid Scald ID.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite