La Stib testera un véhicule autonome à Bruxelles l’été prochain

Le projet se fait en partenariat avec la RATP à Paris.
Le projet se fait en partenariat avec la RATP à Paris. - RATP.

Après l’inauguration ce mardi par la commune de Han-sur-Lesse de la première navette autonome circulant sur la voie publique, la société des transports intercommunaux de Bruxelles (Stib) prépare ainsi activement son premier essai, qui devrait voir un véhicule de transport public autonome arpenter les rues de la capitale à l’été 2019. « Nous travaillons sur ce projet depuis février de cette année, a indiqué au Soir Philippe Vandewauwer, manager Etudes et projets stratégiques au sein du département Stratégie et Innovation de la société régionale. Nous avons un partenariat avec la RATP (l’équivalent parisien de la Stib, NDLR.) qui a déjà réalisé quatre tests de difficulté croissante. » La Stib entend fonctionner avec un processus similaire.

Dans les faits, la Stib a passé un appel d’offres pour la location de deux navettes autonomes de 6 à 10 passagers. Elles devraient donc circuler sans chauffeur, mais un agent sera présent à bord pour assurer la sécurité et répondre aux questions des usagers. Le lieu de ce premier essai n’est pas encore choisi.

Le coût annuel d’un tel programme de tests entre 500.000 et un million d’euros.

>>> Plus d’informations sur Le Soir +

Sur le même sujet
Industrie du transport
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Reds menaient déjà au score après moins de deux minutes
!

    Ligue des champions: face à Liverpool, Genk n’a même pas fait illusion

  2. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  3. vcvcvcv

    Le nouvel Astérix : Adrénaline, une ado chez les irréductibles Gaulois

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite