La Stib testera un véhicule autonome à Bruxelles l’été prochain

Le projet se fait en partenariat avec la RATP à Paris.
Le projet se fait en partenariat avec la RATP à Paris. - RATP.

Après l’inauguration ce mardi par la commune de Han-sur-Lesse de la première navette autonome circulant sur la voie publique, la société des transports intercommunaux de Bruxelles (Stib) prépare ainsi activement son premier essai, qui devrait voir un véhicule de transport public autonome arpenter les rues de la capitale à l’été 2019. « Nous travaillons sur ce projet depuis février de cette année, a indiqué au Soir Philippe Vandewauwer, manager Etudes et projets stratégiques au sein du département Stratégie et Innovation de la société régionale. Nous avons un partenariat avec la RATP (l’équivalent parisien de la Stib, NDLR.) qui a déjà réalisé quatre tests de difficulté croissante. » La Stib entend fonctionner avec un processus similaire.

Dans les faits, la Stib a passé un appel d’offres pour la location de deux navettes autonomes de 6 à 10 passagers. Elles devraient donc circuler sans chauffeur, mais un agent sera présent à bord pour assurer la sécurité et répondre aux questions des usagers. Le lieu de ce premier essai n’est pas encore choisi.

Le coût annuel d’un tel programme de tests entre 500.000 et un million d’euros.

>>> Plus d’informations sur Le Soir +

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Industrie du transport
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. INDIA FIELD HOCKEY WORLD CUP 2018

    Coupe du monde de hockey: un titre tellement beau et mérité pour les Red Lions

  2. marche contre Marrakech

    «Rats de gauches», «notre peuple d’abord»: des extrémistes flamands dérapent dans le quartier européen

  3. Le président de la COP24, le secrétaire d’Etat polonais Michal Kurtika, n’a pas caché sa joie à l’issue de la conférence. © AFP.

    Climat: la COP24 a fait le job technique, mais elle passe à côté des ambitions

Chroniques
  • Chroniques et chroniqueurs: à quoi servent-ils?

    Il est d’usage, en fin d’année, de faire des bilans et d’émettre des vœux. Voilà trois ans que je tiens cette chronique, laquelle est la 153e publiée sur le site du Soir ; l’occasion, pour une fois, de me conformer à l’usage…

    Pour être précis, j’ai commencé les chroniques dans les pages du Soir en 2002. Je peux déjà faire une double constatation : les sujets qui agitent l’actualité aujourd’hui étaient présents à l’époque (montée des extrêmes droites, du nationalisme, du repli identitaire, du populisme ; terrorisme islamiste et d’extrême droite ; défi climatique ; délitement de la démocratie représentative ; financiarisation outrancière du monde et soumission du politique à la finance) ; leur acuité n’a fait que se renforcer, parce que les réponses qui y ont été apportées ont été insuffisantes, inefficaces, voire absentes.

    Il n’y a, je pense, pas grand intérêt à publier des volumes de chroniques, car celles-ci sont le plus souvent ancrées dans une actualité singulière, quand bien même, à la différence d’un...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite