Indemnité de départ: jusqu’à 460.000 euros brut pour les députés

Edition numérique des abonnés

Parlementaire depuis 1999, Christine Defraigne a droit, si elle ne se représente plus en 2019, à 30 mois d’indemnité de départ, soit 286.530 euros brut, 157.591 euros net. Elle n’est pas seule à bénéficier d’une telle indemnité. Tous les députés sortants de charge y ont droit, mais rarement en atteignant de tels montants. L’indemnité est en effet calculée en fonction de l’ancienneté, à raison de deux mois d’indemnité de sortie par année passée au parlement, et elle compense l’absence de droit aux allocations de chômage après la fin du mandat.

Plafonnée à 24 mois d’indemnité depuis 2014, elle peut cependant atteindre jusqu’à 48 mois pour les personnes qui avaient déjà droit à plus de 24 mois en 2014. Non cumulable avec la pension, elle n’est pas versée d’un coup mais en tranches mensuelles, correspondant au montant mensuel perçu au cours du mandat : soit 7.462 euros brut + 2.089 euros de frais (frais qui, étonnamment peut-être, restent dus malgré que le mandat ait pris fin), ce qui fait 9.551 euros brut.

Pourquoi une indemnité de départ ? Qui y a droit ? Qui paie ? Notre dossier sur Le Soir +

Élections communales 2018
 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Le président Macron en visite d’Etat en Belgique: pour quoi faire?

  2. Samedi, ils étaient environ 300.000 à travers le pays, a comptabilisé le ministère de l’Intérieur. Ils ont pris d’assaut les ronds-points, les rocades, les accès aux supermarchés.

    Pourquoi le gouvernement français n’entend pas céder aux gilets jaunes

  3. Photo News

    Rallye d’Australie: Hyundai, ou la continuité… dans la défaite!

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite