Indemnité de départ: jusqu’à 460.000 euros brut pour les députés

Indemnité de départ: jusqu’à 460.000 euros brut pour les députés

Parlementaire depuis 1999, Christine Defraigne a droit, si elle ne se représente plus en 2019, à 30 mois d’indemnité de départ, soit 286.530 euros brut, 157.591 euros net. Elle n’est pas seule à bénéficier d’une telle indemnité. Tous les députés sortants de charge y ont droit, mais rarement en atteignant de tels montants. L’indemnité est en effet calculée en fonction de l’ancienneté, à raison de deux mois d’indemnité de sortie par année passée au parlement, et elle compense l’absence de droit aux allocations de chômage après la fin du mandat.

Plafonnée à 24 mois d’indemnité depuis 2014, elle peut cependant atteindre jusqu’à 48 mois pour les personnes qui avaient déjà droit à plus de 24 mois en 2014. Non cumulable avec la pension, elle n’est pas versée d’un coup mais en tranches mensuelles, correspondant au montant mensuel perçu au cours du mandat : soit 7.462 euros brut + 2.089 euros de frais (frais qui, étonnamment peut-être, restent dus malgré que le mandat ait pris fin), ce qui fait 9.551 euros brut.

Pourquoi une indemnité de départ ? Qui y a droit ? Qui paie ? Notre dossier sur Le Soir +

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  3. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite