Allemagne: l’immigration, est «mère de tous les problèmes», dit le ministre de l’Intérieur

Le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer © AFP
Le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer © AFP

Le ministre allemand de l’Intérieur, le très conservateur bavarois Horst Seehofer, a lancé une violente charge contre l’immigration en Allemagne et semblé prendre la défense des manifestants d’extrême droite à Chemnitz, rapportent plusieurs médias jeudi.

Grand contempteur de la politique d’accueil des réfugiés d’Angela Merkel, Horst Seehofer a assuré en marge d’une réunion de son parti, l’Union chrétienne-sociale (CSU), que l’immigration est «  la mère de tous les problèmes » en Allemagne, assurent les journaux Bild et die Welt.

« Les gens en colère, pas des nazis »

Le ministre, à l’origine d’une grave crise gouvernementale en juin-juillet, a également assuré comprendre que les gens s’insurgent comme à Chemnitz après le meurtre d’un homme de 35 ans dans cette ville d’ex-RDA le 25 août, un homicide pour lequel deux réfugiés irakien et syrien ont été placés en détention provisoire, selon les deux quotidiens qui citent des participants à une réunion d’élus CSU.

Cela ne fait pas de ces gens en colère des nazis, a-t-il ajouté, selon la même source.

« En premier lieu il y a un crime brutal », a-t-il également dit, assurant que les débats tenus ensuite avaient occulté le point de départ des défilés de l’extrême droite.

La ville de Chemnitz a été secouée par des manifestations d’extrême droite dont certaines ont dégénéré en violences à la suite de ce meurtre, notamment contre des étrangers.

Ces échauffourées ont choqué l’Allemagne alors que l’extrême droite, portée par un discours anti-Merkel et anti-islam, est en plein essor depuis l’arrivée de plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015 et 2016.

La chancelière Angela Merkel a vilipendé « la haine dans les rues » et doit se rendre prochainement à Chemnitz.

Le parti de Seehofer très à droite

Ces déclarations de Horst Seehofer interviennent alors que son parti affronte le 14 octobre des élections régionales à haut risque en Bavière.

La CSU est menacée de perdre sa majorité absolue tandis que l’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) pourrait réaliser une percée importante.

Depuis des mois, la CSU a mis la barre à droite en particulier sur les questions d’immigration.

Horst Seehofer, qui a à plusieurs reprises assuré que l’islam ne faisait pas partie de l’Allemagne, a été à l’origine d’une grave crise politique lorsqu’il a lancé fin juin un ultimatum à la chancelière pour accélérer les reconduites de migrants déjà enregistrés dans d’autres pays européens.

Il avait finalement accepté de rentrer dans le rang au terme d’un conflit qui a menacé de faire imploser la coalition gouvernementale entre conservateurs et sociaux-démocrates.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite