Accueil Médias

Le CSA réagit au coup de gueule de Cécile Djunga: «Il faut s’attaquer au racisme de manière énergique»

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel soutient la présentatrice de la RTBF. Selon Karim Ibourki, président du CSA, la représentation de la diversité dans les médias est nécessaire. Et les victimes de racisme doivent se manifester.

Temps de lecture: 3 min

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) rappelle une réalité déjà communiquée : la représentation des personnes issues de la diversité dans les médias diminue. Si le public n’est pas habitué à voir à la télévision un ou une présentatrice de couleur, il y a davantage de chances qu’il ne trouve pas cela « normal ». Cécile Djunga, présentatrice météo de la RTBF, a dénoncé ce mercredi soir les propos racistes dont elle est victime depuis son arrivée dans l’équipe du service public.

« Le paysage audiovisuel belge ne reflète pas encore la diversité de la société, constate Karim Ibourki, président du CSA. On ne peut qu’encourager à sa représentation, elle est nécessaire au fonctionnement d’une société plus harmonieuse ».

Se manifester, saisir les autorités

Le CSA a par ailleurs communiqué son soutien à Cécile Djunga et voit en elle « une personne qui a décidé de se battre ». « Il faut s’attaquer au problème de manière énergique. Le CSA peut être un partenaire. Mademoiselle Djunga devrait porter plainte. À l’instar du mouvement #metoo, les victimes de racisme et de discriminations doivent se manifester, saisir les autorités. Il faut arrêter de mettre ces propos sous le tapis », confie Karim Ibourki au « Soir ».

Mercredi soir déjà, la RTBF a annoncé soutenir Cécile Djunga et être prête à poursuivre les auteurs de ces propos racistes. « Les médias ont un rôle important à jouer, réagit le président du régulateur. Je suis certain que la RTBF continuera à représenter la diversité, elle ne doit pas se décourager au contraire ». Le service public a également confié à Cécile Djunga l’animation du jeu « Time’s Up » sur La Trois ainsi que la co-animation de « The Voice Belgique », sur La Une. « C’est une belle avancée de la part de la RTBF en termes de diversité. Et la présentation de la météo est considérée comme un rôle d’avant-plan dans les médias », souligne Joëlle Desterbecq, directrice des études et recherches au CSA.

Les femmes d’origine invisibles

En effet, le phénomène mis en lumière par l’animatrice et comédienne belge s’inscrit dans un contexte global. « Le rôle de journaliste ou animatrice est celui dans lequel il y a le moins de diversité des origines : 3,78 % des individus répertoriés dans ce rôle sont issus de la diversité », indique le CSA dans un communiqué. Également souligné : « Le fait d’être à la fois une femme et issue de la diversité renforce le processus d’invisibilisation ».

Le courage et le message de Cécile Djunga pourraient réveiller la conscience générale. « Peu de victimes en parlent publiquement comme elle. Cela permet de mettre un nom, un visage sur le phénomène. C’est une personnalisation, une manière d’incarner la problématique », estime Joëlle Desterbecq. Pour le président du CSA, un autre phénomène entre en jeu. « Hélas, les réseaux sociaux deviennent un déversoir de haine où la parole raciste s’est libérée ». C’est justement parce que ces propos ont été publiés sur Internet et non sur antenne que le CSA ne peut intervenir dans cette affaire. Pour l’instance, c’est tout de même allé trop loin. « Les propos racistes, ça suffit, il faut réagir, ne pas laisser passer », lance Karim Ibourki.

Invalid Scald ID.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

55 Commentaires

  • Posté par Passtoors Hélène, jeudi 6 septembre 2018, 13:48

    3,78% dans un service public... Et combien de visages d'origine africaine? 0,01%?? Des poursuites en justice pour des propos aussi grossièrement racistes, bien. Mais il est plus que temps d'agir en amont. Il s'agit de changer des mentalités enracinées depuis plus d'un siècle.

  • Posté par Poels Jean-pierre, jeudi 6 septembre 2018, 13:23

    =>@Lesoir.be…. Je suis abonné et n'ai donc nul besoin de Facebook pour lire vos articles. Je consulte néanmoins, sur Facebook, les pages de vos confrères concurrents pour compléter mon information. J'ai donc l'occasion de constater que Le Soir comme "les autres" multipliez les articles ayant trait à l'immigration au détriment d'une info souvent plus utile. Vos articles publiés sur les réseaux sociaux sont affublés de "titre /en-tête/chapeaux" percutants voire choquants afin de faire réagir le lecteur car les "clics" rapportent et font monter les sondages de lecture. Vos articles Facebook devraient être une carte de visite de votre quotidien afin d'inciter le lecteur de passage à souscrire un abonnement; hors, les articles publiés sur FB sont de loin non-représentatif de l'excellente qualité de votre info-payante. Il suffit, du reste, de lire quelques-uns des commentaires associés à ces articles pour se rendre compte de la "boue noire" que vous alimentez et trainez derrière vous. Un certain Monde politique est bien coupable OUI, mais une certaine forme de marketing de la presse l'est tout autant.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Soirmag Voir les articles de Soirmag