Accueil Monde France

Booba et Kaaris: «C’est pas moi, c’est l’autre»

Devant le tribunal de Créteil, Booba et Kaaris se sont renvoyé la responsabilité de la violente rixe d’Orly. Âgés de 41 ans et 38 ans, ils ont accusé l’autre d’avoir commencé… Un an d’emprisonnement avec sursis est requis.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 5 min

Depuis Créteil,

Booba est arrivé le premier. Chemise à carreaux, flanqué de ses acolytes. Puis Kaaris, chemise blanche parfaitement repassée, avec les siens. Les deux rappeurs se tiennent à quelques mètres de distance dans une salle d’audience dont la présidente s’escrime à faire la police. Elle ne fait pas la moitié du poids d’une seule de ces armoires à glace, mais c’est bien elle qui joue la cheffe. Du moins essaie-t-elle.

« Pas de live tweet », dit-elle d’emblée aux journalistes serrés dans une mezzanine pleine comme au théâtre. « Pour des raisons d’ordre public et de sérénité des débats. » Deux ou trois fois, on croirait entendre l’aboiement d’un caniche dans la salle. Une sonnerie de téléphone. La présidente prévient sans finir sa phrase : « Au moindre débordement… »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs