Accueil Médias

Opération de sauvetage pour Sonuma, le sauveur des archives de la RTBF

La Sonuma, société en charge de la numérisation et de la valorisation des archives audiovisuelles de la RTBF est exsangue. La Communauté française et la RTBF planchent sur un nouveau modèle pour l’entreprise.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

La Sonuma est au bord du dépôt de bilan. La société créée en 2009 par la Région wallonne, la RTBF et la Communauté française en vue de conserver, numériser et valoriser les archives audiovisuelles de la RTBF n’a plus les capitaux suffisants pour continuer son activité au-delà du 31 décembre. Une restructuration est devenue inévitable. Déjà aujourd’hui, elle ne tient déjà que parce que la RTBF lui a octroyé une avance de 553.000 euros pour couvrir ses besoins de trésorerie. 2017 s’est clôturée sur une perte de 3,3 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de… 828.000 euros. Depuis sa création, la Sonuma a toujours été déficitaire. La perte cumulée dépasse les 15,6 millions d’euros.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par BAILLE Bernard, vendredi 7 septembre 2018, 18:14

    Il est important de garder et sauver la soluma, véritable bibliothèque audio visuelle... Courage les amis. A 66 ans c'est important de montrer aux générations suivantes comme les médias ont participé à la construction de nos sociétés contemporaines...

  • Posté par Insurance Services Plus , vendredi 7 septembre 2018, 16:56

    Transférer des emplois au privé? Accéder aux subsides? C'est bien joli. Mais a-t-on creusé la piste de ce qu'aurait pu faire dans les mêmes circonstances une société privée? Aurait-on pu éventuellement éviter ce dérapage à charge du contribuable si aucun opérateur privé ne s'était porté candidat? on peut me traiter de vieux rabat-joie mais en tant que chef d'entreprise privée, je constate que les rêves publics se transforment trop souvent en atterrissage d'urgence privé. A charge de qui?

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs